Connecter avec nous

Salut, qu'est-ce que tu cherches ?

Actualité 2019-20

Classement Pré-Saison – #12 au #1

Pour faire suite aux 20 autres équipes déjà présentées , voici les 12 meilleures équipes.

Le concept : lisez cet article comme si chaque équipe jouait 31 matchs par année, un contre chacune des autres, dans un site neutre. Si je place l’équipe A devant la B, c’est que je gagerais sur elle si elles jouaient l’une contre l’autre sur un site neutre demain matin. Si les deux équipes sont au sein d’un même groupe, l’équipe la mieux classée serait favorite, mais par peu. Je préfère évaluer les équipes sur une base individuelle avant de faire mes prédictions, qui elles, tiendront compte du calendrier et des facteurs hors du terrain, et seront publiées jeudi.

4e groupe de 5 : Les BONS

Ces équipes s’attendent à faire les séries. Il n’y a pas de place pour tout le monde puisque 8 de mes top 12 sont dans la NFC.

12) Los Angeles Rams

La ligne offensive a connu une excellente saison l’an dernier, en particulier sur deux statistiques présentées par Football Outsiders : le nombre de courses où le RB n’a pas vraiment d’ouverture (“stuff %”), ils ont été 2e, tout près des Saints, et les verges au sol au 2e niveau (quand les OL se rendent aux LBs), ils ont été de loin les premiers. On verra à quel point ils régressent sur ces deux éléments avec le départ de Roger Saffold (surtout) et de John Sullivan (peut-être un mal pour un bien), qui seront remplacés par des gars qui n’ont jamais joué dans la NFL et qui, au repêchage, n’étaient pas très cotés (choisis en 3e et 4e ronde). C’est là qu’on va voir si le système fait la ligne (Whitworth et Saffold, par exemple, étaient bons avant, mais ont été excellents sous McVay) ou si la ligne permet au système de fonctionner. C’est assez crucial.

Pour le reste, la défaite au Super Bowl fait mal. Ça fait toujours mal, je sais, mais je parle au niveau tactique : c’est venu confirmer que le plan de match de Matt Patricia (qui avait bamboozlé McVay début décembre) qui a été repris avec brio par les Pats peut servir de plan de base pour stopper le “outside zone” de McVay, la base de leur attaque au sol et de leur attaque via le “play-action”. J’ai hâte de voir comment les premiers adversaires des Rams (Panthers, Saints, Browns) vont les défendre, et comment McVay, qui a dû bien mal dormir en février, s’est ajusté.

Je suis inquiet pour les Rams. L’état de santé de Gurley, les nouveaux OLs, le lendemain de veille du Super Bowl, les besoins de s’ajuster au niveau tactique, le départ de Suh, le vieillissement de plusieurs joueurs et le manque de profondeur me font bien peur, le genre de saison qui pourrait déraper rapidement.

Jeune joueur dont la progression est importante

Brian Allen, OC et Joseph Noteboom, OG – Pour les raisons mentionnées plus tôt. Ils ont des profils différents, Noteboom le gars qui a des outils, mais dont la production en NCAA était ordinaire, alors que Allen est un athlète moyen mais, comme bien des joueurs de Michigan State, qui maximise ses aptitudes par la technique, un peu de “mean streak” et une préparation supérieure.

11) Atlanta Falcons

Mon équipe #1 l’an dernier, je croyais beaucoup en leur défensive et j’ai été très déçu. Oui, ils ont perdu de gros morceaux dès le début de la saison (Keanu Neal et Deion Jones dès la semaine 1, Neal a manqué toute la saison et Jones 11 matchs), mais ils ont aussi manqué d’exécution. Le DC a perdu son poste. La même chose en attaque, on pensait que la blessure de Devonta Freeman ferait de Tevin Coleman une superstar… mais le OC Sarkisian n’a jamais réussi à s’adapter et s’est fait virer en fin de saison.

Dirk Koetter, qui a supervisé une attaque très explosive mais très risquée avec les Bucs l’an dernier, est de retour en charge de l’attaque, lui qui était passé par Atlanta en 2012-2014. Il va vite s’apercevoir que Ryan a perdu quelques milles à l’heure sur sa balle rapide. Ils ont investi leurs deux premiers choix sur des OL, qui devraient être partants, donc ils seront plus athlétiques sur la OL, mais aussi plus verts.

Cette équipe n’a pas particulièrement bien repêché depuis quelques années (on attend encore Vic Beasley et Tak McKinley), et Ryan, Julio et Freeman ne rajeunissent pas. On observera s’ils sont plus verticaux en attaque sous Koetter, ce qui ne serait pas une mauvaise idée avec Julio, Ridley et Sanu comme grands WRs.

Je crois qu’un retour en séries passe par une nette amélioration en défense et je me demande si le retour de Jones (qui peut devenir dominant) sera assez pour le faire.

Jeune joueur dont la progression est importante

Isaiah Oliver, CB – Robert Alford a quitté. Oliver, qui a joué des matchs complets aux semaines 4 (Bengals) et 9 (Redskins), mais peu joué le reste de la saison, est un des principaux candidats au poste laissé vacant. Choix de 2e ronde en 2018, il n’a pas déçu.

10) Green Bay Packers

Une des équipes les plus fascinantes à évaluer cet automne. Tout peut arriver avec eux. Il y a beaucoup de talent individuel, j’ai hâte de voir si le nouveau groupe d’entraîneurs va savoir les faire gagner en équipe. Je suis un peu sceptique.

Matt LaFleur aux Packers: on en pense quoi?

Bien sûr, ça commence par Aaron Rodgers, sa volonté d’être coaché, sa volonté d’appliquer le système (qui devrait lui offrir plus de receveurs ouverts sans que la passe soit contestée) et bien sûr, sa santé. Fini le “recule, ne dégaine pas, quitte la pochette, improvise, touchdown!” qui s’est terminé trop souvent l’an dernier par un sack ou une passe lancée par terre volontairement. Selon PFF, Aaron Rodgers a lancé 13% de ses passes en situation d’improvisation hors de la pochette (“scramble drill”), vs la moyenne de la ligue à 6%. Son aptitude à générer le gros jeu en étirant le jeu est une partie exceptionnelle de son jeu, mais ne doit pas être sa principale carte de visite, on l’a bien vu dans son retour miraculeux lors du match d’ouverture l’an dernier, il ne pouvait pas courir, donc faisait ses lectures et dégainait rapidement, avec succès. Je crois que le fait que Rodgers était blessé, donc ne pratiquait pas, combiné avec le fait que tous ses receveurs étaient nouveaux outre Adams a beaucoup nuit au Packers l’an dernier, comme si le manque de timing et de confiance que le receveur ferait la bonne chose a rendu Rodgers hésitant à dégainer.

Les Packers ont changé. Ils ont un nouveau jeune DG qui n’a pas peur de poser des gestes et de jouer toutes ses cartes. En quelques heures cette saison morte, il a mis sous contrat plus d’agents libres partants que Ted Thompson dans sa carrière. Za’Darius Smith est le genre de joueur que Mike Pettine et ses fronts multiples va adorer. Je suis moins “crinqué” pour Preston Smith, mais (fans invétérés des Packers, sauter cette phrase, c’est un sacrilège) il devrait faire mieux que Clay Matthews, qui a fait plus de mal que de bien l’an dernier. Adrian Amos remplace Ha Ha Clinton Dix, sera moins spectaculaire mais sera au bon endroit au bon moment, et fera les plaqués qu’on s’attend qu’un demi de sûreté fasse, ce qui n’était pas le cas de son prédécesseur. Ils ont commis un drôle de geste en laissant partir Mike Daniels au début du camp, lui qui était très productif depuis plusieurs années. Ça rappelle un peu leur traitement similaire à Josh Sitton il y a quelques années. Ça peut laisser des traces dans le vestiaire.

Jeune joueur dont la progression est importante

Marquez Valdes-Scantling, WR – L’an dernier ils ont repêché trois grands WRs, J’Mon Moore (congédié), Equanimeous St. Brown (qui a montré de belles choses, mais qui est blessé) et MVS, qui a été le plus productif des trois et a pris la place dans l’alignement partant. Un athlète de premier plan avec de grandes enjambées pour la bombe et de grands bras pour le rayon de catchs, il complète bien les attributs de Adams, Allison et Graham.

9) Pittsburgh Steelers

Le calme est revenu à Pittsburgh. Finies les questions sur Le’Veon. Fini le cirque de AB et sa chicane avec Big Ben. Fini les distractions. Mais, inversement, ça met un peu de pression sur Ben, qui commence à montrer des signes de ralentissement. Reste qu’avec cette excellente OL, et un groupe de RB/WR/TE intéressant, ils seront capables de marquer des points de plusieurs manières. Plus de ballons dans les mains de Vance McDonald, c’est correct pour moi 🙂

La défense commence à ressembler à une unité qui dérange : Cam Heyward, Stephon Tuitt, T.J. Watt et la recrue en qui on a mis beaucoup d’espoir (sans considérer beaucoup de capital de repêchage), Devin Bush. La pression sur Bush est élevée, mais à ce jour, il montre la vitesse de jeu et le temps de réaction exceptionnel qui l’a rendu si attrayant pour les Steelers. L’arrivée de Steven Nelson, un CB moyen, rendra la tertiaire… moyenne.

Il s’agit d’une des équipes les plus complètes que la ville de l’acier nous a présentées dans les dernières années. On peut se fier qu’ils seront fidèles à eux mêmes, échappant un ou deux matchs qu’ils devraient gagner. Ils nous ont habitués à ça, mais ils compensaient en jouant à leur mieux contre les bonnes équipes, ce qui sera plus difficile avec moins de top talents dans leur arsenal.

Jeune joueur dont la progression est importante

Terrell Edmunds, S – Choix surprise en 1re ronde en 2018, que plusieurs voyaient en 3e ou 4e ronde, il a joué… comme une choix de 3e ou 4e ronde. Il a pris pas mal d’expérience, jouant à temps plein toute l’année sauf deux matchs. Son frère Tremaine a montré de belles progressions toute la saison avec les Bills, mais Terrell, lui, semblait faire du surplace.

8) Los Angeles Chargers

La blessure à Derwin James m’a forcé à les reléguer au groupe des “bons”. Il sera de retour pour les séries, et dans une AFC plus faible, les Chargers peuvent se qualifier sans lui. Il y a d’autres inquiétudes, à savoir la grève de Melvin Gordon (ou son état de santé quand il reviendra), l’état de santé de Russell Okung (embolie pulmonaire) et de Keenan Allen (qui n’a pas pratiqué encore).

L’arsenal de receveurs est solide, avec Allen, Mike Williams et le retour en pleine forme (il aurait pu jouer en séries l’an dernier) de Hunter Henry, qui crée toutes sortes de duels à son avantage lorsqu’il est bien utilisé. Ils auront besoin de plus de contribution de Travis Benjamin pour “faire sauter le toît de la défense” avec le départ de Tyrell Williams, puisque Allen et Williams sont à leur meilleur au milieu du terrain. Philip Rivers ralentit moins vite que ses collègues de la cohorte de 2004 et trouve encore le receveur ouvert. J’ai un peu peur pour sa vie par contre si Okung n’est pas de retour et si au moins l’un de Dan Feeney (qui connaît des difficultés) ou Forrest Lamp (qui a peu joué, affecté par les blessures) ne réussit pas à rencontrer les attentes placées en eux au repêchage et devienne un solide partant pour compléter Okung et Pouncey.

Gus Bradley a été encensé pour son plan de match de jouer contre les Ravens et Lamar Jackson avec 7 DBs, mais faut reconnaître que ses LBs étaient tous blessés. La semaine suivante, face aux Pats, il a fortement déçu par contre, jouant sa typique zone cover-3 que Tom Brady a démontré être capable de découper en morceau pendant son sommeil à plusieurs reprises, particulièrement contre les Steelers. Et c’est là que l’absence de James fait le plus mal. Oui, c’est super d’avoir un excellent joueur comme lui au centre de la défensive. Mais c’est encore mieux d’avoir un joueur comme lui qui peut prendre plusieurs rôles, et ainsi permettre à un DC créatif de maquiller ses couvertures et causer de l’hésitation dans l’exécution de l’offensive adverse.

Jeune joueur dont la progression est importante

Sam Tevi, RT – Choix de 6e ronde en 2017, il a réussi à tenir le fort au poste de RT. Rien pour écrire à sa mère, mais digne d’un partant. Cependant, même avec un QB qui prend ses décisions et dégaine rapidement comme Rivers, il est impossible de “cacher” deux mauvais OTs dans la NFL. Si Okung et absent, il faudra que Tevi réussisse seul et sans aide.

7) Chicago Bears

Dans un récent article de ESPN, ils interviewent Kyle Shanahan, Sean McVay et Matt LaFleur. À la question “quel coach a la défensive la plus difficile à lire et attaquer”, la réponse des trois est…Vic Fangio (avec un peu de Bill Belichick). Personne n’a mentionné Chuck Pagano!

On parle de Mitch Trubisky, des nouveaux RBs plus polyvalents et explosifs, mais je crois que la véritable histoire de leur entre-saison et clé de leurs succès est dans le coaching défensif. Fangio a été dominant partout où il est passé. Oui, il avait beaucoup de talent à sa disposition autant à San Fran qu’à Chicago. Pagano a été le DC des Ravens une seule saison (avec succès), et c’était en 2011. La ligue a changée. Et avec les Colts, ses défensives étaient moribondes. Dépourvues de talent je concède, mais souvent les meilleurs coachs réussissent à rendre acceptable une unité faible, ce qui n’a jamais été son cas. Andrew Luck ayant ramené Pagano dans les nouvelles cette semaine, regardez cette statistique, qui montre comment c’est arrivé souvent que la défense de Pagano aille accordé 29pts et plus :

Il hérite de Khalil Mack, Akiem Hicks, Eddie Jackson et d’une série d’anciens choix de 1re ronde, la défensive la plus talentueuse dont il a jamais eu les rênes. Mais est-ce que leur production de l’an passé est le fruit, en partie, du travail de Fangio, qui les plaçait dans une position pour réussir?

Car outre ça, tout va pour le mieux chez les Bears. En attaque, c’est l’inverse de la défense, le talent n’inclut ni grand QB ni de grande vedette, mais ils sont solides partout et sont très bien coachés par Nagy et Helfrich, avec des receveurs très clairement libres par le design des tracés, ce qui aide grandement Trubisky. Ils devraient être capables facilement de se maintenir parmi les 20 meilleures attaques de la ligue. Avec la meilleure défense, c’est assez pour gagner le Super Bowl. Si la défense régresse hors du top 10, ça va prendre une progression de Trubisky. Je ne me fierais pas la dessus, mais c’est possible.

Jeune joueur dont la progression est importante

James Daniels, C – Choix de 2e ronde en 2018, il a joué comme garde l’an passé, mais va jouer centre cette année, sa meilleure position pour utiliser sa mobilité. Il pourrait bien devenir un joueur autour duquel ils pourront bâtir leur attaque au sol en “outside zone” et leurs multiples passes voilées, un peu comme Jason Kelce le fait pour les Eagles.

6) Dallas Cowboys

Quand je fais cet exercice, je cherche les équipes qui peuvent “passer à l’étape supérieure” en regardant combien de joueurs de 3e et de 4e année sont dans des rôles importants. C’est normalement là que les bons jeunes joueurs progressent au rang de joueurs de premier plan et jouent leurs meilleures  années. La liste chez les Cowboys est impressionnante : Prescott 4e, Zeke 4e, Maliek Collins 4e, Jaylon Smith 3e, Chidobe Awuzie 3e, Xavier Woods 3e, Jourdan Lewis 3e, Anthony Brown 4e… et c’est sans compter Amari Cooper (qui est entré dans la NFL à seulement 21 ans et est plus jeune que Dak et Zeke) et Byron Jones à leur 5e année ni Leighton Vander Esch à sa 2e année. Le coeur de cette équipe, outre sa OL, est très jeune et prêt à exploser.

Ils sont aussi tous en quête d’un nouveau contrat, ce qui peut les rendre plus affamés… ou causer de la bisbille. On verra si c’est l’un ou l’autre.

Ils iront aussi loin que Dak Prescott peut les mener. Je sais qu’il a ses détracteurs (qui prétendent qu’il régresse) et ses apôtres (qui prétendent, fiche victoire-défaite à l’appui, qu’il est meilleur que Carson Wentz). Je suis à quelque part entre les deux, reconnaissant qu’il performe quand ça compte et sort à chaque match un ou deux gros jeux qu’on ne voyait pas venir. Par contre, il faut reconnaître qu’il opère avec une OL élite, une menace de jeu au sol constante, et avec une défensive qui lui donne position avantageuse sur le terrain. Il y a certaines passes qu’il tente rarement, et ça le limite un peu. Si jamais Elliott manque une partie de la saison, ce sera dommage pour les Boys (c’est tout un joueur), mais ce sera peut-être bénéfique pour Prescott et la perception qu’on a de lui. Ce sera un défi pour leur nouveau (et très jeune) coordonnateur offensif Kellen Moore (dont certains se rappelleront comme QB gaucher à Boise State sur le gazon bleu) de configurer une attaque aérienne plus évoluée que celle de Scott Linehan ces dernières années et faciliter les lectures pour Prescott.

Jason Garrett joue son poste cette saison. Il a énormément de talent à sa disposition. Si j’avais confiance qu’il allait le maximiser, les Cowboys seraient dans le groupe d’élite.

Jeune joueur dont la progression est importante

Michael Gallup, WR – Choix de 3e ronde en 2018, il ne faisait pas l’unanimité à sa sortie de Colorado State. Mais voilà qu’il a le rôle de 2e receveur clairement pour lui, et c’est aussi, en l’absence d’un TE de premier plan ou d’un RB habile à courir des tracés, le rôle de 2e cible de Prescott. Il faut qu’il prenne sa place pour que les défensives adverses ne puissent pas doubler Cooper dans toutes les situations de passe ou remplir la boîte avec un 8e joueur comme l’ont fait les Rams en séries pour topper Elliott.

5) Minnesota Vikings

On a souvent des “post-hype prospects”, des joueurs qui sont présentés comme des sauveurs et qui déçoivent, pour finalement éclore une ou deux années plus tard. Est-ce qu’une équipe au complet peut être “post-hype”?

Les Vikings de 2018 voyaient grand, mais étaient handicapés par leur OL et le manque de vision commune entre leur HC et leur OC sur la façon de jouer pour compenser. On ajoute un excellent C mobile au repêchage, on compte sur le développement continu de RT Brian O’Neill (qui était, au repêchage, perçu comme un projet, mais qui a finalement connu une saison recrue acceptable) et sur l’arrivée de Josh Kline (la définition même d’un OL moyen qui bouche un trou).

Mais le gros changement, c’est l’arrivée de Gary Kubiak et de Rick Dennison, pour implanter le fameux système Kubiak/Shanahan (auquel on ajoute maintenant McVay, Taylor et LaFleur). Ce sera je crois beaucoup mieux pour Kirk Cousins. Il compte sur deux excellents receveurs et sur le retour de Dalvin Cook. Cette attaque sera peut-être plus explosive qu’on ne le croit.

La défensive était dominante en 2017, mais a pris quelques pas de recul l’an dernier. Et c’était avec Sheldon Richardson, qui, malgré qu’il n’atteint jamais son plein potentiel, est encore une force qui dérangeait. Richardson a quitté pour rejoindre les Browns. Everson Griffin, Harrison Smith et Xavier Rhodes ont tous trois connu une saison en-deça de leurs aptitudes, si deux d’entres eux rebondissent, la défensive pourrait revenir au niveau dominant de 2017. Si c’est le cas, sans la pression des attentes, je crois que les Vikings sont tout aussi talentueux que les Bears et les meilleures équipes de la ligue… malgré les limitations de leur QB.

Jeune joueur dont la progression est importante

Mike Hughes, CB – Irv Smith Jr, Alexander Mattison et Chad Beebe ont mon attention, mais Hughes pourrait permettre aux Vikings d’être très original dans leurs groupes de personnel et formations. Capable de jouer à l’extérieur comme à l’intérieur, il pourrait à la fois jouer en “dime” et dans certaines formation “nickel” et offrir de la profondeur et une alternative à Rhodes et Waynes. Il était très bien coté à sa sortie de UCF et, comme choix de 1re ronde, n’a presque pas joué l’an dernier suite à une sévère blessure au genou.

Le 5e de 5 groupes : L’ELITE

Nous voici rendus aux équipes qui, si elles ne vont pas loin en séries, vont considérer cette saison comme une catastrophe. J’en avais 8 l’an dernier, mais ici j’ai de la difficulté à en voir plus que 4, entre autres parce que ces 4 ont un QB d’élite, et pas les équipes qui seraient les prochaines candidates…

4) Kansas City Chiefs

On le présente comme un “gunslinger” et l’héritier spirituel de Brett Favre, mais saviez-vous que Patrick Mahomes a, selon une mesure de NFL Next Gen Stats, le 4e plus bas % de passes tentées qui sont considérées comme “agressives” (lancées alors que le receveur est relativement couvert) de toute la ligue? C’est la conséquence de trois choses 1) il prend de bonnes décisions 2) il a la mobilité pour étirer le jeu lorsque ses receveurs sont couverts, ce qui lui évite de lancer dans des situations où la passe risque d’être contestée et 3) son personnel d’entraîneurs lui organise des combinaisons de tracés qui libèrent les receveurs. Sur ce dernier point, c’est certainement plus facile à faire avec Tyreek Hill et Travis Kelce, mais c’est quand même un point commun des offensives de Andy Reid depuis les débuts de Donovan McNabb. Mahomes sera peut-être le quart hybride parfait, moitié Tom Brady, moitié Russell Wilson. Ce qui est inquiétant (pour le reste de la ligue), c’est qu’il encore très vert et a laissé passer plusieurs touchés à des receveurs très ouverts l’an passé par inexpérience dans ses lectures. En une phrase, l’attaque est entre très bonnes mains avec Reid et Mahomes, et devrait continuer de fonctionner à plein régime.

À l’inverse, la défensive est complètement chambardée, nouveau DC, nouveau livre de jeux, nouveau style, départ de Justin Houston et de Dee Ford, remplacés par Frank Clark et par une combinaison peu inspirante de Alex Okafor, Emmanuel Ogbah, et autres. Je suis perplexe. Coach Spags a battu Tom Brady en 2007, on le sait. Mais… à ses 3 saisons comme DC des Giants (2015-2017), il a terminé 32e, 10e, puis 31e. Et il est familier avec le 32e rang, l’ayant “mérité” en 2012 avec les Saints. C’est toute une commande de rendre cette défensive adéquate. La tertiaire pourrait être meilleure avec Tyran Mathieu, Mo Claiborne et leur choix de 2e ronde, l’explosif Juan Thornhill, mais la perte de Steven Nelson, souvent la cible des critiques malgré un jeu plus qu’adéquat, fait mal. C’est le groupe de LBs qui est le plus inquiétant, de même que la pression des ailiers discutée plus haut. Certains diront qu’il sera difficile de faire pire que la version 2018 de la “défensive” des Chiefs, mais tout est possible.

Jeune joueur dont la progression est importante

Je pensais choisir Austin Reiter, OC, mais l’enjeu, il est en défense. Alors LB Darron Lee. Choix de 1re ronde en 2016, il a beaucoup déçu, jusqu’à ce qu’il offre de bien meilleures performances l’an dernier… avant d’être suspendu pour 4 matches (substances). Lee était déjà lors du repêchage un “athlète qui doit apprendre à jouer au football”, c’est probablement l’expérience qui a fait ralentir le jeu dans sa tête. Par contre, considérant que le premier geste que Adam Gase fait comme DG (le seul, en réalité) suite au congédiement de Mike McCagnan (qui avait dépensé un choix de 1re ronde sur Lee) a été de l’échanger contre une bouchée de pain, et que Gase accorde une importance accrue à l’intelligence et au leadership, j’ai peur qu’il ne soit pour toujours qu’un athlète avec la tête folle. Mais il a une chance de réanimer sa carrière avec les Chiefs et cadre bien avec la défensive de Spags.

3) New Orleans Saints

En fait, s’il n’y avait pas de blessures dans la NFL, j’aurais les Saints au #1. Mais j’ai très peur de leur manque de profondeur. La majorité des ballons en attaque sont dirigés vers Michael Thomas et vers Alvin Kamara. Les receveurs #2-#5 et les RB réservistes sont parmi les pires groupes de la ligue. On verra probablement Jared Cook comme 3e cible la plus fréquente. Je crois qu’il pourrait faire de la musique avec Brees. Sur la OL, Terron Armstead a manqué 6, 6 et 9 matchs lors des 3 dernières années et ne semble jamais être à 100%. Ils sont à une blessure près d’être un groupe plutôt facile à défendre. Mais oh, boy, comme ils sont dangereux quand Kamara et Thomas sont là, leur talent combiné avec les plans de match élaborés de Sean Payton et l’excellence de Drew Brees à trouver le trou et à faire la passe hyper précise qui permet de courir avec le ballon après l’attrapé devient explosif. Ils peuvent essentiellement choisir de vous faire subir le supplice de la goûte (une longue série de jeux, au sol, petite passe, conversion sur 3e essai) ou vous battre sur la bombe. Et pour empirer le tout, la présence de Taysom Hil complique la préparation des entraîneurs adverses. Brees a connu une fin de saison peu inspirante, on espère que ce n’est pas le début d’une baisse de régime permanente, toujours possible à son âge.

La défense n’est plus la risée qu’elle a déjà été, mais elle aussi repose sur quelques joueurs. Cameron Jordan, Marshon Lattimore sont excellents mais bien seuls dans leur groupe. La blessure à Sheldon Rankins semble guérie (il devait manquer une bonne partie de l’année, mais a commencé à pratiquer cette semaine), ce qui permettra de garder David Onyemata comme joueur à temps partiel, ce qu’il fait très bien à 40 jeux par match, mais moins bien quand il doit en jouer 60.

L’aspect mental des Saints n’est pas à négliger. Deux saisons consécutives se sont terminées à quelques pas du Super Bowl, en 2017 sur un jeu miraculeux, en 2018 sur une erreur flagrante des arbitres suivie d’une performance peu inspirante dans les secondes qui restaient et en supplémentaire. Pas facile de se remettre de ça, même si j’ai confiance au leadership de Brees et de Payton là-dessus.

Jeune joueur dont la progression est importante

Eli Apple, CB – Le CB à l’opposé de Lattimore va toujours voir pas mal de ballons. Apple a été un choix surprise des Giants et ça s’est mal terminé. Un nouveau départ chez les Saints lui a fait du bien. Ils ont besoin d’un 2e CB adéquat pour rivaliser avec les Falcons, Bucs dans leur division, et avec les Eagles, Vikings et Rams dans la conférence, toute des équipes qui ont de solides WR #2.

2) New England Patriots

Probablement qu’ils vont se servir du fait que je ne les classe pas #1 pour se motiver, quel affront, personne ne croît en eux! Sans blagues, si les rumeurs de retour de Gronkowski s’avéraient fondées, je les replacerait au #1. Leur saison morte fait quand même froncer les sourcils : départ de Brian Flores (et de quelques assistants qui l’ont suivi, dont le coach des WRs Chad O’Shea), embauche de Greg Schiano comme DC, qui a plus tard démissionné dans un contexte nébuleux, retraite de Gronkowski, perte de Malcolm Brown, Trent Brown et Trey Flowers. En fait, ils n’ont toujours pas de coordonnateur défensif (un titre que Flores ne détenait pas l’an passé), moins de coachs de position que les autres équipes malgré qu’on y inclut les deux fils de Bill Belichick, et pratiquement aucun coach n’ayant travaillé ailleurs dan la NFL.

Tout ça est un peu étrange, mais Belichick fait les choses à sa manière et il est difficile de contester les résultats.

Ils ont bâti leur défensive à l’envers, avec les $ dans la tertiaire, laissant filer Flowers (après avoir échangé Chandler Jones), le profil et la priorité sont assez clairs. Stephon Gilmore a connu une excellente saison l’an dernier et on comptera encore sur lui cette année pour sortir du match le receveur #1 ou le receveur le plus physique de l’autre équipe. Sorti de nulle part, J.C. Jackson a tenu son bout comme CB #2 en fin de saison et devrait progresser avec un camp pro sous la cravate et plus d’expérience de match.

En attaque le départ de Gronk change la donne. L’an dernier, ils avaient le loisir de jouer en “21” (un FB, un RB, Gronk et 2 WRs) et soit courir sur la défensive adverse (Gronk bloquant comme un OL), ou de disperser le personnel et lancer la balle (Gronk étant impossible à couvrir par un LB). La fin de cet avantage marqué les amènera probablement à ouvrir le jeu sensiblement, surtout qu’ils ont le groupe de receveurs le plus complet qu’ils ont jamais eu.

Les Patriots sont les Patriots jusqu’à preuve du contraire, même chose pour Brady et Belichick. Ils ont encore un excellent repêchage dans les rondes plus basses et dans leurs UDFAs, ce qui leur donne de la profondeur à toutes les positions, et ils ont l’expérience des matchs serrés en leur faveur.

Jeune joueur dont la progression est importante

Deatrich Wise Jr, DE – Le vide laissé par le départ de Trey Flowers se fera sentir. Michael Bennett absorbera une partie de son boulot, mais il est mieux placé pour être un joueur à temps partiel à ce stade-ci de sa carrière. Le spectaculaire Chase Winovich en prendra aussi, lui qui n’a pas déçu les nombreux observateurs (dont moi) qui espéraient le voir sortir tôt au repêchage. Mais Wise doit passer au prochain échelon lui aussi. Il était sur le terrain pour environ 50% des jeux l’an passé et a peu pratiqué cet été.

1) Philadelphia Eagles

Je suis très optimiste sur les Eagles. D’abord, c’est une organisation très bien rodée de haut en bas. Ensuite, leur équipe est bâtie à partir des deux lignes. Ils ont la meilleure OL de la ligue, polyvalente, mobile, puissante, avec de la profondeur depuis la sélection de Andre Dillard, qui a montré de très belles choses en présaison. Leur DL n’est pas piquée des vers non plus, avec Fletcher Cox (malheureusement pour lui dans l’ombre de Aaron Donald, sinon il serait le meilleur DT de sa génération), Graham, Curry, Barnett, Jernigan et l’ajout de Malik Jackson qui remplace Michael Bennett. Souvenez-vous de Jackson avec les Broncos, il sera utilisé environ de la même manière par Jim Schwartz. Ça leur permet de blitzer rarement et de quand même mettre beaucoup de pression. Et en attaque, ils peuvent vous battre de tellement de façons : avec de la vitesse, des formations ouvertes, un duo de TE qui pose toutes sortes de problèmes de duels, et une attaque au sol multiple. Les défendre près de la ligne des buts sera un cauchemar quand on considère Ertz, Goedert, Jeffery, la recrue Arcega-Whiteside (et ses grands bras), l’agile Agholor, l’attaque au sol et la mobilité de Wentz, tout ceci mis en situations par leur coaching créatif.

Évidemment de les classer #1 sous-entend que je m’attends à un retour en forme de Carson Wentz. Il n’a jamais vraiment été lui-même l’an dernier et malgré tout n’a pas si mal fait. Le retour de DeSean Jackson est un complément parfait aux aptitudes de Wentz de quitter la pochette pour prolonger le jeu et compléter la bombe.

Enfin, je crois qu’il y a plusieurs joueurs importants qui approchent de la fin. Des leaders comme Jason Kelce, Jason Peters, Malcolm Jenkins, qui vont vouloir en gagner un autre pour ne pas juste être une équipe qui a pris en feu au bon moment, mais qui, avec deux Super Bowl en trois ans, serait reconnue comme une mini-dynastie. Je prends un risque, car l’âge pourrait rattraper plusieurs d’entre eux au même moment et les Eagles pourraient chuter au classement. Mais au moment d’écrire ces lignes, si je devais choisir une équipe pour gagner un match, ce seraient les Eagles.

Jeune joueur dont la progression est importante

Sydney Jones, CB – Ils ont beaucoup de CBs de tout âge et de tout acabit, mais tous, sauf Jones, ont un plafond plutôt bas. Jones, à sa sortie de UW, était pressenti comme une future superstar. Tendon d’Achilles rupturé pendant un entraînement pour une équipe avant le repêchage, il a quand même été choisi en 2e ronde, mais n’a pas épaté la galerie depuis. Si les Eagles ont une chance d’avoir un CB #1, c’est avec lui.

Restez proches, DEMAIN JE PUBLIERAI MES PRÉDICTIONS DE VICTOIRES/DÉFAITES qui mélangent ce classement avec le calendrier de chacune des équipes.

Classement Pré-Saison 2019 – #19 à #13

Écrit Par

Blogueur et analyste Québécois sur la NFL en francais, French Canadian NFL blogger and amateur analyst!

1 commentaire
0 0 vote
Votre Évaluation
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Plus ancien
Récent Le plus de vote
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Classement Pré-Saison – #12 au #1 […]

NCAA Football

Actualité 2020-21

La 3e semaine d’action est maintenant derrière nous dans la NCAA et on est maintenant à quelques jours du retour de la SEC. Avant...

Actualité 2020-21

Notre version du « College Gameday » avec toutes les informations nécessaires pour vous aider à profiter de votre journée de la NCAA football.

Actualité 2020-21

Nous voici déjà à notre 200ième podcast depuis les tout début de Sports Lucides! Merci à vous d’être présent chaque semaine !

Actualité 2020-21

Troisième semaine d’activité dans la NCAA qui s’annonce intéressante avec notre premier match de la saison contre deux équipes du Top 25. C’est aussi...

Actualité 2020-21

La saison de football de la conférence Big Ten est de retour pour le moment. La ligue a annoncé mercredi matin qu’avec la mise...

Catégories d’articles

À LIRE AUSSI...

Actualité 2020-21

Nous sommes en 2030, la deuxième semaine de jeu vient de se terminer et le quadruple champion du Super Bowl et nouveau président des...

Actualité 2020-21

Ce fut un dimanche brutal dans toute la NFL. Plusieurs vedettes de la NFL se sont blessés et on se demande si c’est la...

Actualité 2020-21

La 3e semaine d’action est maintenant derrière nous dans la NCAA et on est maintenant à quelques jours du retour de la SEC. Avant...

Actualité 2020-21

Voici la liste des joueurs inactifs pour la semaine 2, revenez sur cette page qui sera mise à jour jusqu’au match du dimanche soir....

© Le Blitz NFL - Tous droits réservés.

1
0
Nous aimerions connaître votre avis, veuillez commenterx
()
x