Connecter avec nous

Salut, qu'est-ce que tu cherches ?

Actualité 2016-17

Classement des puissances pré-saison 2016: #32 à #21

De gros défis pour Hue Jackson, coach des Browns

Pour la 7e année, je vous présente mon classement des équipes de la NFL telles que je les vois à l’aube du début de la saison.

Vous pouvez rire de mon classement de l’an passé ci-dessous

[button color= »blue » size= »medium » link= »http://leblitznfl.com/2015/09/07/classement-puissances-pre-saison-12-a-1/ » icon= » » target= »true »]Classement des puissances pré-saison 2015[/button] [divider style= »solid » top= »20″ bottom= »20″]

Je découpe la ligue en 5 groupes : l’élite (ceux qui aspirent au Superbowl), les bons (ceux qui s’attendent à faire les séries), les moyens, les mauvais (ceux qui aspirent à 8-8) et enfin, les jambons, ceux qui ne vont nulle part et qui devraient être des victoires faciles pour les bonnes équipes. Aujourd’hui dans un premier temps regardons le bas de l’échelle, les jambons et les mauvais.

Ce classement tient compte de la force de chaque équipe prise sans aucun facteur externe (distraction d’un déménagement potentiel, force du calendrier, etc…), comme si chacune d’entre elle jouait 31 matches par année, un contre chaque club, dans un site neutre. Si je place l’équipe A devant la B, c’est que je gagerais sur elle si elles jouaient l’une contre l’autre sur un site neutre demain matin. Si les deux équipes sont au sein d’un même groupe, l’équipe la mieux classée serait favorite, mais par moins de 3 points, avec un écart qui augmente à chaque groupe.

LES JAMBONS

Ceux qui sont des victoires faciles.

D’année en année, il y a de moins en moins de jambons. Je trouve que les équipes qui reconstruisent le font de mieux en mieux. Ceci dit, il y a une équipe qui ne semble pas avoir compris et qui se retrouve, année après année, dans cette catégorie.

#32 Cleveland Browns

BrownsIls étaient à #32 l’an passé, et #29 en 2014. Cette année, c’est sans aucune hésitation que je leur donne le dernier rang, j’ai même pensé les placer seuls dans la catégorie des jambons. D’ailleurs, en laissant aller tous leurs vétérans (Alex Mack, Karlos Dansby, Paul Krueger, Donte Whitner, Mitchell Schwartz, Travis Benjamin, TaShaun Gipson…), on dirait qu’ils veulent être certains d’en perdre le plus possible.

Ne vous méprenez pas. J’ai confiance en Hue Jackson. C’est un excellent coach de football, et s’est entouré sans surprise d’un groupe d’adjoints de fort calibre (Al Saunders, Pep Hamilton, Ray Horton, Kirby Wilson entres autres). Je l’ai écrit quand il a été embauché, j’ai peur qu’à moyen terme la relation entre lui et Jimmy Haslam, deux personnalités fortes, soit toxique et qu’ils ne réussissent pas à cohabiter.

Mais soyons réalistes. Le niveau de talent dans cette équipe est de loin le plus faible de la ligue. Une succession de mauvais repêchages (Phil Taylor et Brandon Weeden, puis Trent Richardson, puis Barkevious Mingo, Justin Gilbert et Johnny Manziel, puis deux autres choix de 1ere ronde plutôt peu inspirants l’an dernier ) leur ont lié les mains et cette année ils ont dû reculer et accumuler les choix pour se bâtir un alignement. 14 choix au total, plusieurs gros noms de la NCAA mais à un moment donné ça va prendre des « game changers » dans l’équipe et ce n’est malheureusement pas avec 4 choix de 4e ronde que tu vas trouver ces gars-là. Surtout qu’ils avaient drastiquement besoin de WR, une position qu’ils ont ignoré pendant les riches repêchages de 2014 et 2015, et qu’ils ont dû adresser dans une cuvée très faible. Rien contre Corey Coleman, mais dans chacune des deux années précédentes, c’est un choix de 2e ronde. Il n’y en a qu’un seul joueur dominant, Joe Thomas, qui ne rajeunit pas. Peut-être Josh Gordon, s’il se retient de fumer du gazon, il a fait quelques beaux jeux pendant la pre-saison qui nous laissent croire qu’il est peut-être au moins en forme pour le football.

Ils espèrent un réveil de RGIII. La stratégie n’est pas mauvaise. L’équipe est bâtie pour 2018, donc ou bien il se réveille et ils ont trouvé leur quart, ou bien ils auront certainement un choix dans le top 4 pour prendre le QB de leur choix l’an prochain.

#31 San Francisco 49ers

49ersParlant de successions de mauvais repêchages…ils avaient des tonnes de choix. Je n’ose pas imaginer la superpuissance que Scot McCloughan aurait bâti avec cet arsenal de choix. Mais bon, McCloughan a quitté pour des raisons personnelles, et les York ont laissé Trent Baalke dilapider cette richesse.

Ici aussi, qui sont les « game changers » ? J’ai un certain espoir que leur DL deviendra éventuellement une force avec les choix de Armstead et de Buckner. Peut-être.

Pour le reste, plusieurs choix de Baalke des dernières années ont peu vu le terrain et quelques jeunes joueurs devront éclore, particulièrement à deux positions : DE/OLB pour mettre de la pression (Aaron Lynch – suspendu pour 4 matches- , Ronald Blair, Eli Harold, Tank Carradine et Corey Lemonier), et WR/TE (Bruce Ellington, DeAndre Smelter, Aaron Burbridge, DeAndrew White, Garrett Celek, Blake Bell et Vance McDonald). Je garde encore espoir, mais ça sent l’année charnière pour plusieurs de ces joueurs. Et pour le DG si aucun d’entre eux ne produit pour justifier son rang de repêchage.

En attaque, je crois que Chip Kelly va réussir à générer des statistiques par le simple volume, et que comme la OL est encore potable malgré un autre départ (Alex Boone), leur attaque au sol sera décente. Au début des camps, je surveillais la bataille au poste de QB. On ne peut pas dire qu’on a assisté à un duel épique jusqu’à ce que Colin Kaepernick fasse de son mieux pour passer l’année chez lui. Peu importe. Ils commencent l’année contre les Rams, Panthers et Seahawks. La chaîne pourrait débarquer assez vite !

En défense, il faudra mettre de la pression malgré la fatigue, afin de protéger une tertiaire qui va encore une fois mettre sur le terrain une série de CB inexpérimentés jeu après jeu. C’est une recette pour connaître une saison très difficile.

Ceci dit dans la NFL lorsqu’une équipe sort de nulle part et surprends tout le monde, c’est souvent parce que plusieurs joueurs de 2e, 3e et 4e année peu connus sortent de leur coquille en même temps. Les 49ers ont définitivement une grande quantité de candidats pour jouer ce rôle.

#30 Tennessee Titans

TitansJe suis en accord avec la stratégie du DG d’accumuler les choix pour créer une équipe, et de se concentrer sur une attaque au sol physique afin de protéger Mariota. Ils font ce qu’il faut pour aller à la bonne place…jusqu’à ce qu’on embauche Mike Mularkey. Qui s’entoure de Terry Robiskie et de (sacrilège, je vais parler contre) Dick LeBeau. En 1999, ces gars-là avaient la cote. Plus maintenant.

La lueur au bout du tunnel pourrait justement être le « 1-2 punch » de Murray et Henry (dont je ne suis pas un gros fan mais qui a montré de belles choses en pré-saison) derrière une solide OL avec Lewan (Top-10 pick), Conklin (top-10 pick), Warmack (Top-10 pick) et Ben Jones (signé des Texans). Manque juste un LG et un peu de développement de Warmack.

A l’inverse, je crois qu’il faudra encore deux ans pour bâtir une défense. Le groupe de receveurs est très ordinaire, une fois qu’on a démissionné sur DGB et qu’on fera sans doute de même avec Justin Hunter, leurs deux receveurs les plus athlétiques, mais de toutes évidences des têtes brulées.

LES MAUVAIS

Ceux qui aspirent à 8-8, aux séries si la foudre frappe deux fois à la même place, mais qui sont à une ou deux blessures importante d’une saison de 3-13

#29 Tampa Bay Buccaneers

BuccaneersJe sais, vous allez me tirer des tomates. Je commence par dire que de classer entre #21 et #29 est extrêmement difficile, les marges sont minuscules. Mais bon, il faut bien que je mette quelqu’un au #29, et quand vous faites un échange pour avancer pour repêcher un botteur de précision en 2e ronde, vous perdez au bris d’égalité !

Quelqu’un qui voudrait faire l’argumentation que les Bucs sont dans les 16 ou 20 meilleures équipes de la ligue pourrait le faire de manière rationnelle. Ils ont gagné 6 matches avec un très jeune club l’an passé ! Oui. Ils ont battu les Saints, les Jaguars, les Falcons (en prolongation), les Cowboys (sans Romo ni Dez), les Eagles (en pleine mutinerie) et les Falcons. Rien pour écrire à sa mère. Ils ont aussi perdu contre plusieurs clubs perdants comme les Titans, Giants, Saints, Colts (avec Matt Hasselbeck), Rams et Bears. Mon point sera le même pour plusieurs équipes de cette division : l’an dernier, ils ont eu droit à une des cédules les plus faciles de mémoire d’homme dans la NFL, ce qui les a fait paraître meilleurs qu’ils ne le sont vraiment. Ils ont affronté la AFC sud et la NFC est, de loin les deux divisions les moins fortes de la ligue. Si je compare au classement de puissance du collègue Michel Hersir de fin de saison l’an dernier, les Bucs ont eu droit, tenez-vous bien, à 8 de leurs 16 matches contre les 11 pires équipes de la ligue. Si on ajoute les Rams au #17 et Eagles au #18, ça fait 10 sur 16 contre la pire moitié de la ligue. Et je ne vous cacherai pas que je trouvais Michel généreux avec Atlanta au #15… qui porte à 12 sur 16.

Ceci dit je suis impressionné du sérieux de Jameis Winston. Je m’attendais à en entendre parler en mal cet hiver, à ce qu’il récidive un épisode de vol de pattes de crabes ou autre geste immature. Au contraire, tout le bruit qui sort de Tampa à son effet est positif.

Ils ont ajouté des vétérans qui vont les aider (Daryl Smith, Robert Ayers) mais aussi qui auront probablement une mauvaise influence sur leurs jeunes joueurs (Brent Grimes), dans une équipe qui compte déjà quelques têtes louches comme Austin Seferian-Jenkins. Ils ont aussi pris un risque avec Noah Spence mais pour l’instant tout semble bien aller pour lui. J’aime cette jeune OL qui va se développer avec Winston, et j’ai hâte de voir si Dirk Koetter va enlever les « petites roues » sur le vélo de Winston cette année, et si oui comment il va réagir.

#28 Los Angeles Rams

RamsC’est simple. Aaron Donald et Todd Gurley ne peuvent pas tout faire seuls.

La formule que Jeff Fisher voudrait appliquer est la suivante : établir une attaque au sol, contrôler l’horloge, raccourcir le matche et profiter d’une défense dominante qui ferme le match. Or, pour réussir ça, ça prends une ligne offensive qui peut contrôler un match. J’adore Todd Gurley, qui va marquer une douzaine de touchés, plusieurs de façon spectaculaire, mais même lui aura de la difficulté à soutenir une série de 12 jeux pour 68 verges derrière cette OL. Et comme Tre Mason a plus de chances de passer la saison à l’hôpital psychiatrique et/ou en prison que dans l’uniforme des Rams, il n’y a pas de RB #2 capable de le soutenir Gurley. Un réveil de la OL est encore possible, quand on considère que même quand on l’a repêché, on savait que ça prendrait du temps à Greg Robinson à faire briller son immense talent. Ce qui décourage dans le cas de Robinson, c’est qu’on croyait au minimum avoir un bulldozer sur la course, qui apprendrait à bloquer pour la passe, alors que jusqu’ici, il est aussi mauvais sur la course que sur la passe. Lueur d’espoir aussi du côté droit, les deux recrues de l’an passé ont somme toute pas si mal fait et progressé toute l’année. Et enfin, pour soutenir ce genre d’attaque, l’idéal est d’avoir un QB qui excelle au « play-action ». Jared Goff a passé sa carrière universitaire en « shotgun », avec le jeu devant lui. Prendre le ballon directement des fesses du centre, faire la feinte à Gurley, en tournant le dos à la défense, pour lui ce sera un apprentissage qu’on sous-estime. Et le pauvre Goff va lancer ces passes à une très piètre collection de receveurs .

Est-ce que la défense arrivera à maintenir le rythme d’excellence des années passées et ainsi garder les Rams dans ces matches pour espérer gagner 17-13? Peut-être. On verra le retour de Robert Quinn, qui, combiné à Aaron Donald, formeront le meilleur duo de DL de la ligue quand vient le temps de mettre de la pression, de l’intérieur comme de l’extérieur. Alec Ogletree a lui aussi manqué beaucoup de matches. La tertiaire a perdu un gros nom (Janoris Jenkins), qui était probablement plus un casse-tête qu’autre chose, mais aussi subtilement son joueur de champ centre Rodney McLeod, qui effaçait souvent les erreurs des autres et/ou les joueurs exposés par la couverture serrée imposée quand Gregg Williams est trop agressif sur le blitz. Il sera difficile à remplacer.

#27 Atlanta Falcons

FalconsMa logique sur les Bucs s’applique ici aussi. Les Falcons étaient loins d’être aussi bons que leur calendrier nous a laissé croire, quoi qu’ils ont eu le mérite de battre les Panthers.

Je ne suis pas impressionné par le niveau de talent accumulé par Thomas Dimitroff. On dirait qu’aucun de ses choix de 3e ronde et plus n’est devenu un joueur d’importance, et on attends toujours les contributions de choix plus élevés comme Ra’Shede Hageman et Jalen Collins. Ils « patchent des trous » avec des Dwight Freeney, Andy Levitre, Courtney Upshaw, Jacob Tamme et Mohamed Sanu, et même des Philip Wheeler et des Brooks Reed, que personne ne voulaient. Ils peuvent acheter du talent, comme avec la signature de Alex Mack, mais tant que cette équipe ne sera pas capable de mieux repêcher (ou de mieux développer le talent repêché), ils vont demeurer dans le bas du peloton. Et, à première lecture, ils me semblent avoir repêché trop tôt la plupart des choix de cette année.

Matt Ryan, Julio Jones et Kyle Shanahan vont faire en sorte que l’attaque sera toujours au minimum respectable. Je suis surtout inquiet de leur défense, avec un front-7 qui manque désespérément de talent, surtout à l’intérieur et au 2e niveau.

#26 San Diego Chargers

ChargersC’est très bas pour une équipe qui compte sur un quart de la trempe de Philip Rivers, que j’ai classé 9e parmi les QB’s pour sa performance l’an dernier. Ça vous donne une idée de combien je suis mal à l’aise avec le reste de l’équipe. Et je ne tiens pas compte du potentiel de déconfiture relié à des problèmes hors du terrain, principalement ici des dérangements reliés aux rumeurs de déménagement et de congédiement du coach, de même que l’amertume des joueurs envers la direction en fonction du traitement réservé à Joey Bosa.

Je salue le retour de Ken Whisenhunt comme coordonnateur-offensif. Probablement qu’il sera plus sage et patient avec l’attaque au sol que ne l’a été Frank Reich. C’est évident, les Chargers doivent réussir à courir pour rester équilibrés. L’an dernier, la OL était décimée, on jouait constamment en « shotgun » et Melvin Gordon, qui a besoin de prendre son élan pour exploser dans le trou, était forcé de jouer latéralement, ce qui ne maximise vraiment pas son talent. On semble vouloir revenir à ce qu’il fait de mieux, on a même repêché un FB, Derek Watt, qui a la double distinction d’avoir été son FB a Wisconsin quand il a établi tous ses records, et d’être le petit frère de J.J. Watt.

On a malheureusement omis d’investir sérieusement dans la OL, qui était la pire selon Pro Football Focus l’an dernier. On semble compter seulement sur le retour en santé de Orlando Franklin (qui n’a joué que la moitié de l’année, et très mal mais probablement limité par les blessures) et sur une progression de D.J. Fluker, qui a aussi manqué quelques matches mais qui n’offre vraiment pas, depuis son arrivée, le rendement attendu d’un choix 11e au total. On a bien ajouté de la profondeur avec Matt Slauson et repêché Max Tuerk, mais cette unité pourrait encore être une faiblesse. Dommage car le groupe de receveurs, même avec l’absence de Stevie Johnson, pourrait être intéressant, Keenan Allen et Travis Benjamin se complètent bien, et le jeune TE Hunter Henry pourra apprendre du vétéran Antonio Gates.

En défensive, on pourrait voir le genre de progression dont j’ai parlé dans le texte sur les 49ers puisqu’on espère que plusieurs jeunes joueurs prennent leur place cette année, et le talent est là : Denzel Perryman, Manti Te’o, Jeremy Attaochu et Jason Verrett ont tous 25 ans et moins, et même les vétérans Melvin Ingram, Corey Liuget et le nouveau venu Casey Heyward (qui rempli un grand besoin comme « slot corner ») ont encore leurs meilleures années devant eux. Je me demande par contre si la direction n’a pas déjà planifié un changement dans le personnel d’entraîneurs au niveau défensif, car on dirait que le personnel assemblé cadrerait mieux dans une 43 (Bosa et Ingram comme DE, Mebane comme NT, Liuget comme 3T, etc…) et je crois que les progrès se feront peut-être plus sentir en 2017 qu’en 2016, justement quand Bosa sera prêt à terroriser les offensives adverses.

#25 Chicago Bears

BearsJe ne sais pas trop quoi penser des Bears. Je suis un gros fan de Vic Fangio et je pense qu’il va avoir enfin les chevaux pour présenter une défensive plus que respectable avec l’influx de talent au niveau des ILB (Danny Trevathan, Jerrell Freeman), et de Leonard Floyd (quoi qu’il a beaucoup à apprendre) et de Jonathan Bullard via le repêchage. La tertiaire a encore besoin de beaucoup de renfort, mais Fangio a réussi à exceller à SF avec de mauvaises tertiaires.

En attaque, le départ de Adam Gase est inquiétant. Malgré le plus de la continuité, Dowell Loggains est à son 2e tour de roue comme OC dans cette ligue et avait mal paru la première fois avec les Titans. Il devra composer avec une des, sinon LA, pires OL de la ligue. Ça semble d’ailleurs être une constante dans cette section du classement, pour plusieurs de ces équipes ce sont des problèmes de OL qui vont les empêcher de gravir les échelons (CHI, SD, JAX et LA). Un groupe peu inspirant de jeunes RB’s (quoique des gars comme Jeremy Langford, qui ont du chien, finissent toujours par produire plus que les gars qui paraissent bien en shorts) fait en sorte que la seule chose à aimer dans cette attaque, c’est le duo de Alshon Jeffery et de Kevin White comme WR. Considérant l’historique de blessure de Jeffery et de White, ils ne seront peut-être pas souvent sur le terrain ensemble. Le reste du groupe de receveurs est peu inspirant, et Jay Cutler, c’est Jay Cutler.

#24 Detroit Lions

LionsOn parle beaucoup du réveil de l’attaque des Lions après qu’ils aient mis Jim Bob Cooter en charge de l’attaque en cours de saison. Mais comme le mentionne le collègue Michel dans son résumé de la saison 2015 des Lions, le calendrier est soudainement tombé pas mal plus facile quand il est entré en poste : ils venaient d’affronter, dans l’ordre, Vikings-Broncos-Seahawks-Cardinals-Bears-Vikings-Chiefs. Outre les Bears (contre qui ils ont marqué 37 points), on pourrait argumenter qu’il s’agissait de 5 des meilleures défenses de la ligue l’an dernier.

Ceci dit, je me méfie beaucoup d’une équipe dont le moral est fragile, qui joue mieux quand ils sont 2-6 que quand ils sont 6-2, et qui commence un nouveau régime sous un nouveau DG qui n’a pas osé changer de coach tout de suite…au moindre pépin les gars vont savoir que les jours de Jim Caldwell sont comptés et vont se mettre à jouer pour eux-mêmes.

Et ce n’est pas comme si le club débordait de talent. Marvin Jones n’est pas Calvin Johnson, peu le sont, mais il sera un WR adéquat à l’opposé de Golden Tate, souvent sous-estimé. Et on va voir si Stafford est capable de devenir un passeur, plutôt qu’un gars qui se fie sur ses habiletés naturelles et ne fait que garrocher le ballon à Megatron. C’est possible justement que l’absence de Megatron le force à exécuter ses lectures et le plan de match. Ça fera de lui un bien meilleur quart. Mais je suis sceptique. De voir qu’ils ont senti le besoin de signer Anquan Boldin en dit long sur le reste du groupe de receveurs. Pas vraiment d’attaque au sol non plus, et une OL qui se cherche, qui pourrait être pas si mal si Taylor Decker est aussi bon que les Lions le pensent, mais l’intérieur sera une faiblesse.

C’est en défense que je suis plus inquiet. Ziggy Ansah est en train de développer son immense talent. Mais je ne vois personne d’autre. J’ai toujours aimé DeAndre Levy, mais un peu de ça vient du fait que c’est un gars qui attire l’attention avec quelques jeux spectaculaires par match. Darrius Slay se développe également très bien comme CB, mais avec un seul « pass rusher » et un seul demi-défensif, les équipes adverses ont le loisir d’attaquer les autres trous.

Comme plusieurs de ces équipes, je conçois la possibilité que les Lions aient une bonne saison. Mais il faut bien classer quelqu’un à ce rang, et ils sont une des équipes en qui j’ai appris à ne pas avoir confiance, année après année.

#23 Jacksonville Jaguars

JaguarsAprès des années de misère, ils ont « gagné » la saison morte. L’approche semblait être que l’attaque serait ok, qu’il était temps de fournir des chevaux pour la défense. Le début de Danté Fowler est un gros plus qu’on oublie souvent, même s’il ne semble rien casser et qu’il n’a même pas gagné de poste de partant. On ajoute Jalen Ramsey et Myles Jack, possiblement les deux joueurs les plus talentueux de ce repêchage, en plus de trois autres recrues intéressantes qui sauront mettre de la pression, Yannick Ngakoue, Sheldon Day et Tyrone Holmes. On signe à fort prix Malik Jackson, Tashaun Gipson et Prince Amakamura. Ça va prendre un peu de temps avant que cette unité s’habitue, surtout que Jack, Ramsey et Amakamura ont tous une historique de blessure qui leur feront certainement manquer d’autre temps de préparation.

Mais ça donne un impressionnant front 7 avec de la jeunesse et de la profondeur. Le système de Gus Bradley, issu de Seattle, est simple mais repose sur l’exécution, ce qui va aider les jeunes et les joueurs qui ont changé d’équipe à produire plus rapidement. Malik Jackson va devoir remplir les grandes attentes fondées en lui, et ce en étant LE joueur que l’attaque adverse veut contenir sans, sans rien enlever au potentiel de Fowler, avoir Von Miller et DeMarcus Ware à ses cotés.

En attaque j’adore aussi la signature de Chris Ivory pour partager le travail avec T.J. Yeldon. C’est un porteur tellement physique, qui va fatiguer la défense adverse, surtout en début de saison dans la chaleur et l’humidité de Jacksonville. Son style fait en sorte qu’il s’abîme rapidement, donc sera un excellent complément dans un « time share ». Et ça va enlever de la pression sur Blake Bortles et l’attaque aérienne. Ne vous laissez pas berner par les statistiques gonflées contre des défenses en « prevent » avec une grosse avance, il reste du chemin à parcourir dans le développement de Blake Bortles. Son groupe de receveur est explosif, complet, avec différents styles (Robinson, Hurns et Greene ont des styles complètement différents, et Marquise Lee est peut-être le plus talentueux des quatre) qui se complètent, surtout s’ils comptent sur un Julius Thomas en santé.

La OL de faible calibre, l’inexpérience de leur QB et le temps que la défensive joue en cohésion vont ralentir cette équipe. Gagneront-ils assez pour sauver le job de Gus Bradley, ou est-ce qu’après une autre série de défaites les joueurs vont se rendre à l’évidence et se traîner les pieds ? Ce serait dommage, car ils sont en train de bâtir quelquechose de solide. Il va falloir apprendre à gagner cette année, et ça ne s’apprends pas du jour au lendemain. Ceci dit, parmi mes équipes de « mauvais » celle qui a le plus de chances de faire les séries.

#22 Indianapolis Colts

ColtsOn a vu l’an dernier ce qu’ils ont l’air si Andrew Luck ne les sauve pas. Ils sont bâtis comme une équipe de fantasy football , avec un quart vedette, un explosif groupe de receveurs et quelques gros noms en défense mais sans plus. On a besoin que Frank Gore retrouve la fontaine de jouvence car il n’y a pas grand-chose derrière lui. On a lentement amélioré la OL, mais on a eu peur de perdre Jack Mewhort. Il va manquer quelques semaines, à son retour, avec l’arrivée de Ryan Kelly, le côté gauche sera bon.

A quoi étaient dûs les déboires de Andrew Luck l’an passé ? Les blessures ? Le système ? On a semblé vouloir allonger les « drops » de Luck, avec plus de 5 pas et de 7 pas, et les résultats ont été désastreux. On a changé de coordonnateur en cours de saison avec Rob Chudzinski (un pote de Pagano lui aussi ancien des Hurricanes), l’ancien HC des Browns qui avait très bien fait comme OC en Caroline lors de la saison recrue de Cam Newton. Je crois qu’il va maximiser le talent à sa disposition.

En défense, Pagano a aussi fait un changement et donner le job à un de ses potes, Ted Monachino, qui ne devrait pas changer grand-chose puisque Pagano passe la majeure partie de son temps en défense. Ici aussi on a rehaussé le niveau de talent sur la ligne, entres autres en repêchant l’an passé un duo de DT de Stanford, Henry Anderson (lui-même un de mes coups de cœur au repêchage de 2015) et David Parry. Par contre, on perd la possibilité de jouer en homme-à-homme avec la blessure à CB Vontae Davis. C’est majeur (de loin leur meilleur joueur défensif) donc j’ai changé les Colts de groupe (des « moyens » aux « mauvais ») quand j’ai vu la nouvelle de sa blessure. Et comme vous le voyez dans ce tweet, je ne suis tellement fort sur son successeur !!!

https://twitter.com/leMaraudeurNFL/status/767878975918080000

Et qui va mettre de la pression ? Robert Mathis et Trent Cole ? On est pas en 2011! Et qui va remplacer Jerrell Freeman comme ILB ? Un repêchage peu inspirant en défense fait en sorte que cette unité va encore décevoir je crois, c’est possiblement la pire défensive de la ligue.

Bref, on risque de devoir encore gagner des matches à haut pointage, et ce sera de plus en difficile car le niveau de talent des adversaires de la division, entre autres, s’est grandement amélioré.

#21 Dallas Cowboys

CowboysIls étaient au #15 avant l’annonce de la blessure à Romo, quoi que je pondérais dans mon classement une forte probabilité qu’il manque des matches. Mais là je me demande s’il jouera un jour. J’avais écrit dans mon brouillon que Romo était peut-être à un coup de la retraite, je me demande si ce coup n’est pas arrivé, ou si ce ne sera pas le prochain.

Les Cowboys seront rarement sinon jamais à 100%. Les deux partants comme DE (une position fort importante dans le 43 de Rod Marinelli) sont suspendus pour commencer la saison, et plusieurs autres joueurs clé sont fragiles, à commencer par LB Sean Lee. Et Prescott a bien fait au camp, mais quand les DC’s adverses vont commencer à planifier pour mélanger la recrue, ce sera autre chose.

On ramène la même tertiaire qui a un grand total de 0 interceptions l’an passé. Grosse innovation, on a changé les deux CB’s de bord. Quel incroyable changement tactique J. Le retour de Orlando Scandrick, un des meilleurs « slot corners » de la ligue avant qu’il ne doive manquer toute la saison 2015, fera certainement du bien.

Ceci dit, il n’y a pas que du négatif. On compte sur la meilleure OL de la ligue, qui pourrait être encore meilleure que l’an passé si La’el Collins se développe comme il en est capable. Ça efface bien des erreurs. On a Zeke Elliott et Alfred Morris pour exploiter les immenses trous que cette ligne va générer. Ils pourront contrôler l’horloge, ne pas exposer leur défensive, raccourcir les matches et dominer le 4e quart au sol. Dez Bryant a l’air à 100%, et si l’attaque au sol s’impose, devrait voir du un-contre-un plus souvent qu’on s’attend d’un receveur de sa trempe.

Une ou deux blessures importantes et on retombe à 4 ou 5 victoires. Si tout va bien, ils seront des séries. Si, si, si…

Je vous reviens dans les prochains jours avec les équipes de #20 à #13, un autre groupe très homogène et difficile à départager.

Écrit Par

Blogueur et analyste Québécois sur la NFL en francais, French Canadian NFL blogger and amateur analyst!

2 Commentaires
0 0 vote
Votre Évaluation
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Plus ancien
Récent Le plus de vote
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Classement pré-saison 2016: #32 à #21 […]

[…] Classement pré-saison 2016: #32 à #21 Classement pré-saison 2016 #20 à #13 […]

Suivez-nous par e-mail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site.

Rejoignez les 4 335 autres abonnés

NCAA Football

Actualité 2020-21

C’est notre dernier classement avant le retour de la Big Ten et on doit s’attendre à une montée des équipes de la conférence dans...

Actualité 2020-21

Mine de rien, le mois d’octobre approche à sa fin et on a déjà une belle idée des forces dans la NCAA cette saison....

Actualité 2020-21

Notre version du « College Gameday » avec toutes les informations nécessaires pour vous aider à profiter de votre journée de la NCAA football.

Actualité 2020-21

En l’absence de Wallette, je discute de la vedette de 15 ans et neveu de Payton et Eli Manning ainsi que les matchs à...

Actualité 2020-21

Une autre semaine de NCAA, une autre panoplie de matchs plus enlevants les uns que les autres! Cette saison, adaptée, ne cesse de nous...

Catégories d’articles

À LIRE AUSSI...

Actualité 2020-21

Plus la saison avance, plus il devient possible de constater certaines choses. Il se passe beaucoup de choses hors du terrain, mais je me...

Actualité 2020-21

La septième semaine de la saison NFL 2020 est arrivée. Chase Claypool et les Steelers vont devoir affronter leur plus grand test à ce...

Actualité 2020-21

Voici les joueurs de la semaine 6 dans la NFL pour les parties jouées les 18 et 19 octobre 2020.

Actualité 2020-21

C’est notre dernier classement avant le retour de la Big Ten et on doit s’attendre à une montée des équipes de la conférence dans...

© Le Blitz NFL - Tous droits réservés.

2
0
Nous aimerions connaître votre avis, veuillez commenterx
()
x