Connecter avec nous

Salut, qu'est-ce que tu cherches ?

Actualité 2016-17

Repêchage 2016: classement des porteurs de ballon

Tout comme je l’ai fait dans mon texte traitant des receveurs de passe, j’ai décidé d’innover en modifiant la formule de mon classement des porteurs de ballon.

De nos jours, la position de porteur de ballon est devenue une question de spécialisation. De plus en plus, les équipes emploient des rotations.  Les porteurs de ballons qui sont employés dans toutes les situations (les « feature back » comme on les appels en langage de football) sont de plus en plus rares. Aujourd’hui, la plupart des équipes optent pour un mélange de porteurs de ballon dont certains sont plus costauds (pour courir en puissance) alors que d’autres se spécialisent dans les situations de passe.

Pour cette raison, je trouve généralement que lorsqu’on tente d’établir un seul et même palmarès pour tous les porteurs de ballon, on tente de comparer des pommes avec des oranges. Parce que les qualités requises pour évoluer en situations de 1er et 2e essais ne sont pas les mêmes que celles requises pour évoluer en situation de passe.. Conséquemment, j’ai décidé d’établir plusieurs catégories afin de vous faire le résumer le plus complet possible.

1ère CATÉGORIE

les porteurs de ballon qui seront utilisés dans toutes les situations de jeu ou les « feature back »

Il y a de moins en moins de porteurs de ballon qui font partie de cette catégorie dans la nfl et ceux d’entre vous qui participent à des ligues de « fantasy football » en sont conscients. Cette année, seulement 7 porteurs de ballon ont atteint le plateau des 1000 verges par la course. Les porteurs de ballon d’impact constituent une espèce en voie de disparition et il est de plus en plus difficile d’en trouver dans le repêchage.

Cette année, il y a, à mon avis, deux porteurs de ballon qui sont assurés d’avoir un certain impact dès leur saison recrue soit Ezekiel Elliott et Derrick Henry (je sais, il ne fait pas l’unanimité, mais lisez la section qui le concerne avant de juger).

Elliott est le seul porteur de ballon de ce repêchage vraiment complet et qui sera utilisé dans toutes les situations de jeu (passe et course). Dans le cas d’Henry, la situation est différente. Henry est un porteur de ballon format géant qui sera surtout utilisé dans les situations de courses (1er et 2e essais). Mais puisque, sauf incident, il devrait obtenir près de 200 touches, je l’ai inscrit dans cette catégorie (non sans avoir hésité).

1- Ezekiel Elliott, Ohio State

Taille : 6 pieds, 225 livres

Expérience : junior

Ezekiel Elliott

Ezekiel Elliott

Il est le 1er de la classe. C’est l’avis de tous les experts et c’est le mien aussi (même si je ne partage pas complètement la vague d’engouement peu commune autours d’Elliott en ce moment). À mon avis, il est le seul porteur de ballon capable de prendre la charge de travail complète d’une équipe dès le tout début de sa carrière.

Elliott a connu une carrière universitaire décorée, c’est le moins qu’on puisse dire.

À son arrivée à l’université, Elliott était considéré comme un prospect 4 étoiles (9e meilleur porteur de ballon selon Rivals.com). Après avoir joué un rôle de réserviste en 2013 (derrière Carlos Hyde), il a explosé avec deux saisons consécutives de plus de 2000 verges au total (2108 verges dont 1878 verges au sol en 2014 et 2027 verges dont 1821 verges au sol en 2015). Aucun joueur sur cette liste n’a été plus productif qu’Elliott au cours des deux dernières années.

En plus Elliott est un joueur complet. Comme l’a souligné Urban Meyer (son entraîneur à Ohio State) lors du « nfl combine », Elliott est le meilleur bloqueur de ce repêchage et de loin. Il est aussi un excellent receveur de passe et possède de très bonnes mains.

Elliott est explosif et rapide. Il a bien performé durant le processus d’évaluation réalisant notamment un temps de 4.47 sur 40 verges au « nfl combine ce qui, à 225 livres, ne ferras qu’augmenter sa valeur.

Par contre, il y a une chose que je n’aime pas à propos d’Elliott : il a tendance à hésiter à la ligne de mêlée. Il aime bouger latéralement et laisser le temps à sa ligne à l’attaque d’ouvrir des brèches. Cette tactique fonctionne bien dans la NCAA (particulièrement derrière une ligne à l’attaque du calibre d’Ohio State), mais il en va autrement dans la nfl. Si Elliott ne devient pas plus décisif, il apprendra à ses dépend que les ouvertures se referment vite dans la nfl.

Un deuxième point d’interrogation à propos d’Elliott : sa moyenne de verges par course (6.88 verges par course en 2014 et 6.30 verges par courses en 2015) est significativement inférieure à celle de son prédécesseur Carlos Hyde (7.31 verges par course en 2013). Ça veut dire que dans le même système, Hyde gagnait plus de verges par course qu’Elliott. Ça ne veut pas dire qu’Elliott ne sera pas bon (Hyde est un partant de qualité dans la nfl et il n’est pas dit qu’Elliott ne deviendra pas meilleur que lui), mais ça veut certainement dire qu’il faut tempérer un peu les attentes.

Projection : Elliott sera le 1er porteur de ballon sélectionné et il mérite son titre, mais, contrairement à certains experts, j’hésite à l’envoyer directement au temple de la renommée (je suis sarcastique, mais à peine).

Elliott devrait faire partie des 10 premiers joueurs sélectionné. À mon (très humble avis), il est moins bon que Todd Gurley le 1er porteur de ballon sélectionné l’année dernière (ce n’est qu’une opinion, seul l’avenir nous dira), mais ça n’empêche pas qu’il est une valeur sûre. Sauf incident, Elliott devrait gagner plus de 1000 verges d’attaque totale (passe et course) dès sa 1ère saison dans la nfl.

2- Derrick Henry, Alabama

Taille : 6 pieds 3, 242 livres

Expérience : Junior

Un des cas les plus intéressant de ce repêchage. Gagnant du trophé Heismann (remit au joueur par excellence du football universitaire) grâce à une récolte de 2219 verges au sol et 28 touchés, Henry coche toutes les cases, mais tout le monde se méfie de lui à cause de la mauvaise réputation du programme de football d’Alabama. Actuellement, personne ne paye plus chère pour les déboires de certains anciens porteurs de ballon de l’université d’Alabama que Derrick Henry. Pourtant, Henry est un joueur totalement différent de Trent richardson, Mark Ingram ou Eddy Lacy (3 porteurs de ballon qui l’ont précédé à Alabama). Pas le même type physique, pas les mêmes qualités athlétiques (Henry est significativement plus explosif et plus puissant). Pourtant Henry ne peut pas éviter les comparaisons et ce uniquement parce qu’il a fréquenté la même université. Quelle injustice!!

Comme presque tous les joueurs d’Alabama, Henry était un espoir de 1er plan à sa sortie de l’école secondaire (il était considéré comme un prospect 4 étoiles, 36e meilleur espoir au total par Rivals.com).

Malgré tout, j’ai moi aussi gardé de sérieux doute par rapport à Henry, mais le « nfl combine » a modifié mon opinion de lui (c’est la toute première fois que le « nfl combine » change mon opinion d’un joueur et j’espère ne pas le regretter). Ce qui m’a fait changer d’idée, ce n’est pas la performance d’Henry, même s’il a été impressionnant (4.54 secondes sur 40 verges, saut vertical de 37 pouces et saut horizontal de 10 pieds 10, du rarement vu pour un joueur de sa taille). Ce qui m’a fait changer d’idée, c’est la forme physique impressionnante d’Henry. C’est un jeune homme en grande forme qu’on a vu au « nfl combine. Ça contrastait avec certains de ses prédécesseurs d’Alabama.

Sur le terrain, Henry présente une rare combinaison de taille et de vitesse. Il est un porteur de ballon robuste et difficile à rabattre au sol (les experts qui prétendent qu’il tombe parfois un peu trop facilement sur le 1er plaqué ne se sont peut-être même pas donné la peine de regarder ses matchs). Il est très rapide, mais manque par contre d’agilité. Il a tendance à courir avec de longues enjambées ce qui est un handicap important pour un porteur de ballon. C’est un défaut qu’il devra corriger.

Projection : Malgré sa saison incroyable et son titre de joueur par excellence au football universitaire, Henry sera probablement un choix de 2e ronde (de fin de 1ère ronde tout au mieux). Parce qu’Henry n’est pas un facteur dans les situations de passe.

Même s’il n’y a aucune comparaison possible entre Henry et certains de ses prédécesseurs à Alabama (Richardson, Lacy, Ingram), il faut quand même tempérer ses statistiques universitaire car il a bénéficié d’une ligne à l’attaque dominante à Alabama. Il ne faut pas s’attendre à l’impossible, mais un total de 200 touches et une récolte d’environ 900 verges représentent des objectifs atteignables pour Henry dès sa 1ère saison.

2e CATÉGORIE

les porteurs de ballons qui seront utilisés dans les situations de course (les « porteurs de ballon de puissance »)

Nous abordons dans cette section, les porteurs de ballons qui devront débuter leur carrière dans une rotation et qui se spécialiseront dans les situations de course.

En langage de football on les appels « porteurs de ballon de puissance » (les « power running back » en anglais). Ils sont des porteurs de ballon plus costauds qui se spécialisent dans les situations de course (1er et 2e essais). Certains d’entre eux possèdent les attributs nécessaires, s’ils sont bien développés, pour évoluer éventuellement dans les situations de passes et devenir de vrais partants pour leur équipe. Mais ils devront d’abord débuter leur carrière au sein d’un « comité » de porteurs de ballon.

1- Alex Collins, Arkansas

Taille : 5 pieds 11, 215 livres

Expérience : Junior

Un joueur méconnu et sous le radar présentement (il ne fait pas parti du top 5 de la plupart des experts), malgré une carrière universitaire décorée. Pour vous donner une idée, il est le 3e joueur seulement dans toute l’histoire de la conférence SEC (la plus forte du football universitaire) à connaître 3 saisons consécutives de plus de 1000 verges (les deux autres étant Hershel Walker et Darren McFadden). La meilleure saison de Collins est survenue en 2015 avec une récolte de 1577 verges et 20 touchés, ce qui lui a valu une nomination au sein de la 2e équipe d’étoile de la conférence SEC.

À sa sortie de l’école secondaire, Collins était considéré comme un prospect 4 étoiles (13e meilleur porteur de ballon selon rivals.com). Il a commencé sa carrière universitaire en force en étant nommé recrue de l’année de la conférence SEC en 2013.

Collins a connu une performance difficile au « nfl combine » (4.59 sur 40 verges, saut vertical d’à peine 28 pouces et demi et saut horizontal de 9 pieds 5). Par contre, sur le terrain (là ou ça compte vraiment), Collins est plus rapide et explosif que sa performance au « combine » ne semble l’indiquer. Ne vous trompez pas, Collins est un porteur de ballon puissant qui va constamment chercher des verges après le 1er contact. Il est explosif.

Le seul vraie défaut de Collins, et il est important, c’est sa propension à échapper le ballon. Collins a 9 échappés en carrière. Par contre, Collins a démontré du progrès en 2015 avec 2 échappés perdus en 271 portés. Il n’est pas rare de voir un porteur de ballon du style de Collins (qui se bat pour chaque verge et qui refuse de tomber au sol) échapper plus souvent le ballon. Mais Collins devra continuer d’améliorer cette facette de son jeu s’il veut connaître du succès dans la nfl.

À la fin, ce qui fait que Collins connaîtra probablement du succès dans la nfl, c’est son style et sa vision du jeu. Collins possède un style « nord-sud » qui connaît habituellement du succès dans la nfl. Il trouve rapidement les ouvertures et s’engage avec beaucoup de puissance.

Projection : La performance de Collins au « nfl combine » pourrait le faire chuter au repêchage.   Personnellement, je ne suis pas inquiet des qualités athlétiques de Collins, mais je m’assurerais de pouvoir régler sa propension à échapper le ballon avant de le repêcher.

Collins est versatile et capable de jouer dans les situations de passe, mais il sera à son mieux avec une équipe qui aime courir en puissance (comme Arkansas). En début de carrière, Collins devra probablement être inséré dans une rotation (ou un « comité » comme le veut l’expression), mais il n’est pas exclu qu’il devienne éventuellement l’homme de confiance d’une organisation (comme il l’était à Arkansas).

À mon avis, Collins représenterait une excellente valeur en 2e ronde, mais il se pourrait que sa performance au « combine » le fasse chuter plus loin.

2- C.J. Prosise, Notre-Dame

Taille : 6 pieds 220 livres

Expérience : Junior.

CJ Prosise - RB Notre Dame

CJ Prosise – RB Notre Dame

Un joueur qui possède le physique ainsi que les qualités athlétiques pour devenir un partant dans la nfl, mais qui possède peu d’expérience à sa position. Avant 2015, Prosise n’avait jamais joué comme porteur de ballon (il était demi de sûreté et receveur de passe lors de ses deux premières saisons).

Pour un joueur sans aucune expérience, Prosise a été impressionnant en 2015 avec une récolte de 1029 verges au sol (sa moyenne de 6.6 verges par course est très impressionnante). Prosise, qui est excellent dans les situations de passe (ce qui n’a rien de surprenant compte tenu qu’il est un ancien receveur de passe) a ajouté 308 verges par la passe.

Par longs moments, Prosise à l’air d’un joueur de la nfl. Il en a le physique, il est explosif, rapide, il est difficile à rabattre au sol. Il possède un style nord-sud qui obtient habituellement du succès dans la nfl. Il n’est pas encore un produit finit. Mais il possède suffisamment de talent pour devenir un joueur d’impact s’il est bien formé.

Projection : Les avis sur Prosise divergent. Certains experts le classe aussi tôt que la 2e ronde, d’autres le voit plus comme un choix de milieu de repêchage (ronde 4 à 5). Vous pouvez me compter dans la 2e catégorie. Prosise possède du potentiel, mais il n’est pas un produit finit. Il devra d’abord être intégré à une rotation avant de pouvoir avoir un réel impact.

Par contre, s’il est bien développé, il pourrait rapporter gros. Les porteurs de ballon de 220 livres avec des qualités athlétiques semblables (temps de 4.48 sur 40 verges, saut vertical de 35 pouces et demi et un saut horizontal de 10 pieds 1) ne courent pas les rues.

3- Jonathan Williams, Arkansas

Taille : 5 pieds 10, 220 livres

Expérience: Senior

Un des cas les plus intéressant de ce repêchage. S’il n’avait pas été blessé en 2015, Williams aurait fort probablement été considéré comme le 3e meilleur porteur de ballon de ce repêchage derrière Elliott et Henry. En 2014, l’opinion consensuelle à propos de Williams était qu’il représentait un meilleur espoir professionnel que son coéquipier Alex Collins (c’était aussi mon opinion). Mais sa blessure, qui lui a fait manquer toute la saison 2015 ainsi que le « nfl combine » est venue changer bien des choses.

À sa sortie de l’école secondaire, Williams était considéré comme un prospect 4 étoiles (17e meilleur porteur de ballon selon Rivals.com). En 2014, il a dominé son équipe (devant Alex collins avec qui il a partagé le travail) avec 1190 verges (moyenne de 5.64 verges par course) ce qui lui a valu d’être nommé sur la 2e équipe d’étoile de la conférence « SEC », la plus forte du football universitaire.

Williams est un porteur de ballon au style tout en puissance. Il lutte pour chaque verge, brise des plaqués et est extrêmement difficile à rabattre au sol. Je peux également vous dire qu’il est très rapide et explosif. Très léger sur ses pieds pour un joueur de 220 livres.

Au cours des derniers jours, Williams a été en mesure de courir le 40 verges à son « pro-day ». Il a réalisé un temps dans les 4.5 secondes et il était fort déçu parait-il (sur le terrain, il est évident qu’il est plus rapide que ça). Mais c’est au moins un signe que sa blessure guérit.

Projection : À mon opinion, Jonathan Williams est la carte cachée de ce repêchage au poste de porteur de ballon. Si j’étais directeur gérant d’une équipe de la nfl, c’est le joueur que je viserais (à condition d’avoir certaines garanties sur le processus de guérison de sa blessure bien sûr).

Actuellement, Williams est projeté en 3e ou 4e ronde. Mais il ne serrait pas surprenant qu’une équipe le sélectionne en 2e ronde. En fait, si ce n’était de sa blessure, Williams aurait été un choix de début de 2e ronde sans aucun doute.

Dans cette section, il est le joueur qui présente le meilleur potentiel pour devenir éventuellement un porteur de ballon complet. C’est uniquement à cause de l’incertitude entourant sa blessure que je ne le classe pas plus haut.

4- Jordan Howard, Indiana

Taille : 6 pieds 1, 230 livres

Expérience : Junior

Le programme de football de l’université d’Alabama-Birminghan a fermé ses portes l’année dernière et au moins, Jordan Howard a pu en perpétuer l’héritage.

Dans un niveau de compétition supérieur (la conférence « big ten »), Howard n’a pas déçu avec une récolte de 1213 verges de gains au sol (excellente moyenne de 6.2 verges par course). Cette récolte lui a valu d’être élu sur la 1ère équipe d’étoile de sa conférence.

Howard a connu une carrière décorée autant à Indiana qu’à Alabama-Birmingham. Par contre, il faut dire, à titre de comparaison, que ses statistiques sont nettement en dessous de celles de tevin Coleman (son prédécesseur à Indiana) qui a gagné plus de 2000 verges avec une moyenne de plus de 7 verges par course. Howard possède un style complètement différent de Coleman (il est un porteur de ballon de puissance alors que Coleman misait surtout sur sa vitesse), mais cette comparaison a quand même de quoi faire réfléchir.

Projection : Howard devrait normalement être repêché en 3e ou 4e ronde. Il est compétent et apportera de la profondeur à l’organisation qui le repêchera, mais je serais surpris qu’il devienne un jour parant. Par contre, dans une rotation, il saura se montrer utile à une équipe.

3e CATÉGORIE

les porteurs de ballons qui seront utilisés dans les situations de passe

En langage de football, on les appelle les «3rd down back ». Ils se spécialisent dans les situations de passe et pour changer le rythme des matchs lors de certaines situations de course.

Ils sont habituellement des porteurs de ballon plus petits, plus explosifs et plus rapides, mais qui n’ont pas le physique nécessaire pour assumer la charge de travail d’un partant. Le fait que la nfl soit devenue une ligue d’attaque par la passe a favorisé la prolifération de ces porteurs de ballon.

1- Paul Perkins, UCLA

Taille : 5 pieds 11, 210 livres.

Expérience : Junior

Paul Perkins est un des secrets les mieux gardés de ce repêchage. À mon avis, il représente une excellente illustration de pourquoi on ne peut pas se fier au « nfl combine » ou aux « pros days » pour mesurer le talent d’un joueur. Perkins n’est pas particulièrement costaud et ses qualités athlétiques sont moyennes. Mais à mon sens, Perkins se démarque des autres parce que : 1. De tous les porteurs de ballons éligibles cette année, il possède la meilleure vision du jeu, 2. Il est un des plus difficile à rabattre au sol (il ne tombe pratiquement jamais au 1er plaqué et ça prend en général 2 ou 3 joueurs pour l’arrêter) et 3. Outre Ezekiel Elliott, il est le meilleur bloqueur (en général, il excelle dans les situations de passe avec 80 attrapés en 2 ans). Toutes ces qualités ne se mesurent pas lors d’un « combine » et il faut les observer sur le terrain, pendant les matchs, pour pouvoir les appréciées.

Au cours des deux dernières années, Perkins a été un des porteurs de ballon les plus productifs du football universitaire. En 2014, il a gagné 1575 verges (moyenne de 6.27 verges par courses). En 2015, il a gagné 1343 verges (5.62 verges par courses). Sa légère baisse de production en 2015 est imputable à la présence de la jeune sensation Josh Rosen au poste de quart arrière et au fait que UCLA a mis l’accent sur l’attaque aérienne.

Le seul défaut de Perkins est sa petite taille. À 210 livres, il serait difficile pour lui d’assumer la charge de travail d’un porteur de ballon partant et c’est ce qui le limitera à un rôle lors des situations de passe ainsi que pour changer le rythme des matchs.

Projection : Si j’étais directeur général d’une équipe de la nfl, Perkins est le joueur que je viserais dans cette catégorie. Il ne figure pas dans les palmarès de la plupart des experts et ne sera probablement pas sélectionné avant le milieu de la 3e ronde ce qui lui donne une excellente « valeur ».

Bien plus qu’un simple spécialiste des situations de passe, Perkins est un porteur de ballon complet. Sa petite taille (210 livres) est la seule chose qui l’empêchera d’assumer la charge de travail d’un porteur de ballon partant. Mais ça ne l’empêchera pas d’avoir une utilité non seulement lors des situations de passe, mais pour changer le rythme des matchs lors des situations de course.

3- Daniel Lasco, California

Taille : 6 pieds, 210 livres

Experience: Senior

Daniel Lasco - RB California

Daniel Lasco – RB California

Un des grands gagnant du “nfl combine” (je vous invite à lire mon texte lien), Lasco est aussi un excellent joueur de football.

En regardant les matchs de l’université Cal., les commentateurs de la conférence « pac-12 » ne cessaient de nous répéter, avec raison, à quel point l’absence de Lasco se faisait sentir en 2015 (il s’est blessé au début de la saison). Il arrive parfois que ce soit l’absence d’un joueur qui nous démontre toute son utilité.

Lasco est un joueur explosif et une menace pour le long jeu chaque fois qu’il touche au ballon. Il n’est pas le plus gros, mais il se bat pour chaque verge et est difficile à rabattre au sol. Il est un excellent receveur de passe.

En 2014, sa meilleure saison, Lasco a récolté 1115 verges au sol (une moyenne de 5.31 verges par course) ainsi que 33 réceptions pour 356 verges par la passe. Récolté 1000 verges au sol (et près de 1500 verges totales) est chose commune lorsque vous évoluez pour Alabama ou Wisconsin, mais il en va autrement lorsque vous jouez pour l’université de Californie car la ligne à l’attaque est médiocre tout au mieux.

Tout comme Perkins, Lasco bien plus qu’un simple spécialiste des situations de passe. Il est un porteur de ballon puissant et complet. Par contre, tout comme pour Perkins, sa petite taille (210 livres) l’empêchera d’assumer la charge de travail d’un porteur de ballon partant. Au niveau de la nfl, il sera limité à un rôle lors des situations de passe et pour changer le rythme des matchs lors des situations de course.

Projection : Même s’il ne figure actuellement dans les classements d’aucuns experts, si j’étais directeur gérant d’une équipe de la nfl, Lasco représenterait mon 2e choix dans cette catégorie, derrière Perkins.

Le cas de Lasco est intéressant. Au début du processus, il était considéré comme un choix de fin de repêchage, peut-être même un agent libre prioritaire. Mais sa performance au «nfl combine » qui ajoute une perspective nouvelle à l’excellence de son jeu sur le terrain (notamment, on comprend mieux comment un joueur de 210 livres arrive à briser autant de plaqués) pourrait lui valoir d’être repêché aussi tôt qu’en 2e ou 3e ronde.

Cependant, s’il devait dépasser le milieu de la 2e ronde, Lasco deviendrait une des meilleures valeurs de ce repêchage.

4- Kenneth Dixon, Louisiana Tech

Taille : 5 pieds 10, 215 livres

Expérience: Senior

De tous les porteurs de ballon éligibles pour ce repêchage, il est celui qui a connu la carrière la plus productive. En 4 saisons à Louisiana Tech, il n’a jamais connu une saison de moins de 1000 verges (passe et course). En plus, il a brièvement détenu le record du plus grand nombre de touchés en 1ère division (qui appartenait à Adrian Peterson) avant d’être devancé par Keenan Reynolds (dont je vous parlerai plus loin dans ce texte).

Non seulement Dixon est un porteur de ballon productif, mais il excelle dans les situations de passe (87 réceptions en carrière pour 969 verges dont 33 réceptions pour 464 verges en 2015). La production de Dixon lui a valu d’être nommé au sein d’une des deux équipes d’étoiles de sa conférence pour l’ensemble de sa carrière.

Kenneth Dixon a bien performé lors du processus d’après saison. Il a réalisé un temps de 4.56 sur 40 verges au « nfl combine » ainsi qu’un saut vertical de 37 pouces et demi et un saut horizontal de 10 pieds 1 pouce.

Projection : Actuellement, Dixon est un nom populaire et il fait partie du top 5 de plusieurs analystes à sa position. Il devrait à coup sûr être sélectionné lors de la 2e journée du repêchage (rondes 2 ou 3), plus probablement en 2e ronde.

Dixon est bon, il a dominé tout au long de sa carrière universitaire, mais il ne faut pas oublier qu’il évoluait face à une compétition moindre. Dominer le « conference USA » est une chose, mais dominer dans la nfl en est une autre.

Oui, Dixon pourrait devenir un excellent joueur dans la nfl, mais il pourrait aussi devenir le prochain Ronnie Hillman. Des porteurs de ballon qui ont outrageusement dominé de petites conférences avant de retomber sur terre dans la nfl, il y en a plusieurs à chaque année. Ceux qui voient en Dixon un futur joueur capable d’évoluer sur les 3 essais font une erreur à mon point de vu. Il ne possède pas la puissance pour ça. Mais comme spécialiste des situations de passe, et à l’intérieur d’un comité de porteur de ballon, il pourrait connaître une belle carrière.

5- Kenyan Drake, Alabama

Taille 6 pieds 210 livres

Expérience : senior

Kenyan Drake - RB Alabama

Kenyan Drake – RB Alabama

« L’autre » porteur de ballon de l’université d’Alabama. Drake est un joueur peu connu parce qu’il a dû composer avec un temps de jeu limité (à cause de blessures et de la présence d’autres porteurs de ballon vedettes dans le champ arrière d’Alabama). Cependant, ne vous y trompez pas, Drake possède toutes les qualités d’un joueur de la nfl.

Ancien prospect 4 étoiles, Drake est un porteur de ballon explosif avec une excellente vision du jeu. Il est une menace pour le long jeu dès qu’il a le ballon dans les mains. Évidemment, il est capable d’attraper le ballon.

La meilleure saison de Drake est survenue en 2013. Il a alors récolté 694 verges au sol avec une excellente moyenne 7.54 verges par courses.

Il est évident que n’eut été des blessures, Drake aurait été appelé à jouer un rôle beaucoup plus grand dans l’attaque d’Alabama. Drake a tout le talent du monde, mais le manque de durabilité représente sa principale lacune.

Projection : À mon avis, Drake est le 3e joueur le plus talentueux dans cette section (derrière Perkins et Lasco). Mais j’ai de sérieux doutes face à sa durabilité (doutes qui seront sans doute partagés par la plupart des organisations de la nfl) et c’est pour cette raison que je ne le classe pas plus haut.

Sa performance au « nfl combine » (4.45 secondes sur 40 verges, saut vertical de 34 pouces et demi et saut horizontal de 10 pieds 3) va sûrement attirer l’attention car il a été solide, mais à mon sens, il représente un trop grand risque pour être sélectionné avant la fin de la 3e ronde ou même le début de la 4e ronde.

6- Devontae Booker, Utah

Taille : 5 pieds 10, 210 livres

Expérience : senior

Booker est transfert qui avait amorcé sa carrière dans un « community college » (ou « juco »), ce qui explique qu’il n’a joué que 2 ans pour l’université de l’Utah. Pendant ces deux saisons, il a été un des joueurs les plus productifs du football universitaire.

En 2014, Booker a gagné 1512 verges (moyenne de 5.18 verges par courses). En 2015, il a gagné 1261 verges en 10 matchs à cause de blessures (4.71 verges par courses). En 2 ans, il a capté 79 passes pour 630 verges. À part Ezekiel Elliott, peu de joueurs ont été plus performants que Booker au cours des deux dernières années. La performance de Booker lui a d’ailleurs valu une place au sein des équipes d’étoiles de la conférence « pac-12 » au cours des deux dernières années (1ère équipe en 2014 et 2e équipe en 2015).

Pourtant, malgré ces statistiques impressionnantes, je ne suis pas le plus grand fan de Booker car sa moyenne de verges par course m’inquiète. Si on fait une moyenne des deux saisons qu’il a passé à Utah, cette moyenne se situe légèrement sous les 5.0 verges par course, ce qui est très médiocre.

Booker manque de combativité. Il se fait rabattre au sol rapidement et ne gagne pas suffisamment de verges après l’attrapé (c’est la principale raison pour laquelle sa moyenne de verges par course est basse). Pour cette raison, je pense que Booker sera vraiment limité à un rôle lors des situations de passe au niveau de la nfl.

Projection : La plupart des experts ont Booker dans leur top 5 et il sera probablement réclamé en 2e ronde (3e ronde dans le pire des cas). Il est sûr que Booker a connu une carrière productive à Utah, mais, pour les raisons que j’ai exposées plus haut, je ne le sélectionnerait pas avant la 4e ou même la 5e ronde.

Ceci dit, Booker pourrait devenir un bon spécialiste des situations de passe dans la nfl. Mais, à mon avis, il n’a pas la puissance nécessaire pour être utilisé dans les situations de course, même en tant que réserviste.

Draft-2016-couverture-page

LES CARTES CACHÉES

Toujours ma section préférée. Il s’agit ici de trouver des joueurs qui, pour une raison ou une autre, ont échappé au système, mais qui pourraient éventuellement devenir d’excellents joueurs dans la nfl.

1- Devon Johnson, Marshall

Taille : 6 pieds, 240 livres

Expérience : senior

C’est pour des joueurs comme lui que je fais une section cartes cachées. Dans le fond, c’est pour vous faire connaître des joueurs comme lui que j’aime écrire des classements. Parce que la plupart d’entre vous n’ont probablement jamais entendu parler de ce gars-là. Pourtant personne n’a une histoire plus intéressante que la sienne.

Ancien ailier rapproché, Devon Johnson a été transformé en porteur de ballon au début de la saison 2014. Les entraîneurs de Marshall voulaient utiliser ses qualités de bloqueur dans le champ arrière. Mais Johnson s’est tellement bien acquitté de sa tâche qu’il est rapidement devenu un porteur de ballon d’impact (c’est peu dire). En 2014, Johnson a gagné un total de 1767 verges au sol, avec une ridicule moyenne de 8.58 verges par courses et 17 touchés.

En 2015, Johnson était parti pour connaître le même genre de saison, mais il s’est blessé.

Johnson n’est pas le porteur de ballon le plus agile qui soit, mais il est rapide et explosif (pour un joueur de sa taille) et il est surtout extrêmement puissant. Même lorsqu’il est rejoint dans le champ arrière, il brise des plaqués. Il est un des joueurs de ce repêchage les plus difficile à rabattre au sol. Il est un excellent bloqueur et il est capable d’attraper le ballon.

Le principal point négatif concernant Johnson (outre sa blessure en 2015 et son manque d’expérience) est qu’il n’a pas participé au « nfl combine ». Il a été en mesure de participer au « pro-day » de Marshall, mais sa performance a été médiocre (4.59 secondes sur 40 verges, saut vertical de 33 pouces et saut horizontal de 9 pieds 5).

Projection : Johnson possède le physique d’un joueur de la nfl. Sur le terrain, ou ça compte vraiment, il possède une combinaison de taille de vitesse et de puissance qui sont difficiles à trouver. Par contre, il est difficile pour un espoir provenant d’une petite conférence comme Johnson d’attirer l’attention des dirigeants s’il ne réussit pas une performance étincelante soit au « nfl combine » soit à son « pro-day ».

Pour cette raison, je ne serais pas surpris si Johnson était complètement ignoré lors de ce repêchage et finissait pas aboutir sur une équipe de pratique en tant qu’agent libre prioritaire. Peut-être qu’une équipe prendra une chance sur lui en fin de repêchage.

Je ne suis pas en mesure de dire si Johnson obtiendra une réelle chance dans la nfl. Mais si ça devait être le cas, il a tout ce qu’il faut pour devenir un joueur d’impact.

2- Keenan Reynolds, Navy

Taille : 5 pieds 11, 205 livres

Expérience : senior

Keenan-Reynolds-Navy

Keenan Reymolds – QB Navy

Ayant terminé au 5e rang du dernier scrutin visant à déterminer le gagnant du trophée Heisman (remit au joueur par excellence du football universitaire), Reynolds n’a même pas été invité au « nfl combine » (je vous invite à lire mon texte sur les oubliés du « nfl combine »). À mon opinion, il s’agit d’un manque de respect pour la carrière de Reynolds.

Parlant de carrière, Reynolds, qui évoluait à la position de quart-arrière pour l’académie « navy », détient le record du plus de touchés en carrière pour un joueur de 1ère division avec 88 (surpassant la marque d’Adrian Peterson). Il a gagné 4459 verges au sol en carrière.

Évidemment, ce n’est pas comme quart-arrière que Reynolds poursuivra sa carrière, mais comme porteur de ballon. Jerrick McKinnon (Minnesota) et Denard Robinson (Jacksonville), sont deux exemples de joueurs qui ont effectués la transition du poste de quart-arrière collégial à celui de porteur de ballon.

Projection : À mon avis, et malgré son absence du « nfl combine » Reynolds entendra son nom lors du repêchage de la nfl, probablement dans les rondes du milieu. Reynolds présente des qualités de leadership peu communes, il est un réel joueur d’équipe et il a du talent. Les organisations qui valorisent ces qualités l’auront à l’œil lors du repêchage.

Juste comme ça, Bill Belichick adore sélectionner des joueurs qui n’ont pas été invités au « combine ». Il adore également les joueurs de l’académie « navy » et il excelle dans l’art de former les jeunes joueurs à une nouvelle position. Juste comme ça.

3- Keith Marshall, Georgia

Taille : 5 pieds 11, 219 livres

Expérience: senior

Un ancien prospect 5 étoiles (1er porteur de ballon selon Rivals.com), Marshall avait bien débuté sa carrière en 2012 avec 759 verges (moyenne de 6.49 verges par course). Par la suite, il n’a jamais été en mesure de se faire justice à cause de blessures, mais aussi parce qu’il n’est pas facile d’obtenir du temps de jeu quand vous devez partager le champ arrière avec Todd Gurley, puis Nick Schubb.

Mais voilà que Marshall a surpris tout le monde avec une performance de 4.31 secondes sur 40 verges au « nfl combine ». À près de 220 livres, voilà qui est impressionnant.

Même s’il a obtenu un temps de jeu limité, il est clair que Marshall est un bon joueur. Le talent est là. Il possède un style physique et est capable de courir au centre.

Projection : Marshall passait relativement inaperçu avant le « combine » et il était perçu comme un choix de fin de repêchage. Par contre, sa performance au « combine » va forcer tout le monde à refaire ses devoirs. Comment voulez-vous obtenir un poste de partant quand vous partagez le travail avec Todd Gurley? À mon avis, une équipe va tomber en amour avec Marshall et le repêchera en 2e ou 3e ronde. La même chose était arrivée à Christine Michael il y a quelques années. Sauf que Marshall est meilleur que Michael.

CONCLUSION

À chaque année, j’essaye de limiter le nombre de joueurs dont je vous parle, mais il y en a trop qui sont intéressants. Mais pour résumer, je dirais qu’en tout, il y en aura 6 ou 7 tout au plus qui auront une certaines impacts sur leurs équipes respectives. Ça dépendra de plusieurs facteurs qu’on ne peut évaluer présentement dont : les blessures, l’équipe par laquelle ils seront sélectionné et leur capacité à profiter de leurs opportunités.

De ce repêchage, deux joueurs devraient obtenir une opportunité comme partant dès leur saison recrue (Elliott et Henry).

Au niveau des porteurs de ballon qui devront débuter leur carrière dans une rotation, quatre joueurs retiennent mon attention : Jonathan Williams et Alex Collins (porteurs de ballon de puissance) ainsi que Paul Perkins et Daniel Lasco (spécialistes des situations de passe). Si j’étais un directeur gérant de la nfl, je choisirais une combinaison de Williams et Perkins, mais Collins et Lasco représenteraient d’excellentes options également.

Pour une équipe ne désirant pas investir de haut choix au repêchage sur la position de porteur de ballon, les trois joueurs inclus dans la section carte cachée représentent de bonnes options avec un potentiel de développement.

Comme d’habitude, tous les commentaires sont les bienvenus sur cette page.

Écrit Par

Collaborateur NFL et NCAA ainsi que l'expert du repêchage et de la saison morte à leblitznfl.com

3 Commentaires
0 0 vote
Votre Évaluation
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Plus ancien
Récent Le plus de vote
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] lire également, classement des porteurs de ballon et receveurs de […]

trackback

[…] aurait probablement été le 3e porteur de ballon sélectionné dans ce repêchage (je vous invite à lire mon classement). Le potentiel de Williams est très élevé, il a tous les attributs pour devenir un porteur de […]

[…] décorées et les 2 ont le potentiels de futurs partants dans la nfl (je vous invite à lire mon classement des porteurs de ballon en vue du repêchage de 2016 pour en savoir plus à leur sujet). Finalement, en 7e ronde, les Hawks ont repêché Zac Brooks, un […]

NCAA Football

Actualité 2020-21

La 3e semaine d’action est maintenant derrière nous dans la NCAA et on est maintenant à quelques jours du retour de la SEC. Avant...

Actualité 2020-21

Notre version du « College Gameday » avec toutes les informations nécessaires pour vous aider à profiter de votre journée de la NCAA football.

Actualité 2020-21

Nous voici déjà à notre 200ième podcast depuis les tout début de Sports Lucides! Merci à vous d’être présent chaque semaine !

Actualité 2020-21

Troisième semaine d’activité dans la NCAA qui s’annonce intéressante avec notre premier match de la saison contre deux équipes du Top 25. C’est aussi...

Actualité 2020-21

La saison de football de la conférence Big Ten est de retour pour le moment. La ligue a annoncé mercredi matin qu’avec la mise...

Catégories d’articles

À LIRE AUSSI...

Actualité 2020-21

Je n’ai jamais rien vu de comparable à la situation des blessures dans la NFL pendant la deuxième semaine, et je regarde la NFL...

Actualité 2020-21

Nous sommes en 2030, la deuxième semaine de jeu vient de se terminer et le quadruple champion du Super Bowl et nouveau président des...

Actualité 2020-21

Ce fut un dimanche brutal dans toute la NFL. Plusieurs vedettes de la NFL se sont blessés et on se demande si c’est la...

Actualité 2020-21

La 3e semaine d’action est maintenant derrière nous dans la NCAA et on est maintenant à quelques jours du retour de la SEC. Avant...

© Le Blitz NFL - Tous droits réservés.

3
0
Nous aimerions connaître votre avis, veuillez commenterx
()
x