Connecter avec nous

Salut, qu'est-ce que tu cherches ?

Actualité 2017-18

Séries de division 2018 : Analyse et observations dans l’Américaine

Les deux matchs des séries de division de l’AFC ont été aux antipodes. L’un d’eux a présenté un intense nez à nez entre les Jaguars et les Steelers qui s’est conclu avec une victoire surprise des visiteurs. L’autre, un match un peu moins intéressant, où les Patriots ont donné une leçon de football aux Titans.

Les Patriots facile

On s’attendait à un massacre. Les Titans ont marqué le premier touché, une passe de Marcus Mariota à Corey Davis. Les Titans ont aussi marqué le dernier touché, une passe de Marcus Mariota à Corey Davis. Entre les deux, on a effectivement eu un massacre.

Les Patriots ont dégagé lors de leurs deux premières possessions offensives, mais une fois leur attaque sans caucus bien établi – à partir de la séquence menant à leur deuxième touché –, plus rien ne les a arrêtés. Ils ont marqué des touchés lors cinq de sept possessions consécutives et l’un de leurs deux échecs étaient un long placement raté par Stephen Gostkowski. Une séquence de 35 points sans réplique où la défensive des Titans était un spectateur aux premières loges.

La façon dont Tom Brady a martyrisé le groupe de Dick Lebeau n’a rien à voir avec des qualités athlétiques ou des jeux spectaculaires. Brady a peut-être tenté au maximum deux ou trois passes qui ont traversé plus de 15 verges dans les airs. Tout ici était une question de design de jeu et de confrontations avantageuses. C’est pourquoi les Pats ne courent pas avec le ballon avec une grande avance. Ils ont compris que courir dans les bras de Jurrell Casey pour une verge ne va pas continuer une série à l’attaque.

Ils y vont plutôt pour le jeu à plus haut pourcentage, généralement de courtes passes où celui qui attrape le ballon peut gagner des verges après la course, tout ça dans une cadence assez élevée pour empêcher les substitutions défensives. C’est ainsi que Danny Amendola, Dion Lewis et James White ont trouvé les brèches pour obtenir 222 verges de réception et un touché. Et alors que le match s’éloignait pour les Titans, c’est Rob Gronkowski qui a mis le dernier clou dans leur cercueil avec un touché dont seul lui est capable.

Des Titans sans saveur

Mais alors que s’est-il passé de toute la magie qui a propulsé les Titans vers les séries de division? Après tout, ils avaient marqué 18 points sans répliques contre les Chiefs en plus des sept premiers de ce match.

Ce qui a principalement changé, c’est que jamais les Titans n’ont été capables d’établir l’attaque au sol. Derrick Henry avait couru sur les Chiefs la semaine dernière et les Patriots le savaient très bien. L’une des forces de Bill Belichick est d’effacer la principale menace de l’équipe adverse et les forcer à sortir de leur zone de confort.

Ainsi, Henry a été limité à 28 verges sur 12 courses et 21 verges en trois attrapés. La seule influence qu’il a eue sur le match a été négative lorsqu’il a montré une très mauvaise lecture de jeu sur un quatrième essai et court. Au lieu d’utiliser ses 247 livres pour y aller en puissance au centre, il a débordé vers la gauche pour ultimement perdre cinq verges. C’est ce genre d’erreur qui faisait en sorte que le groupe d’entraîneurs ne voulait pas lui confier un plus grand rôle.

Marcus Mariota s’est montré plus dangereux au sol, mais les Pats l’ont vite contenu. Mariota a obtenu deux premiers jeux avec ses jambes lors de la séquence qui a mené au premier touché de la partie, pour ensuite voir un espion placé sur lui. On l’a ainsi contenu dans sa pochette pour le reste du match et son attaque s’est éteinte. Henry et Mariota ont aussi souffert de la perte du bloqueur à droite Jake Conklin, d’une part sur le jeu au sol, et de l’autre en protection, alors que le quart des Titans a été victime de huit sacs!

Je ne pourrais évidemment pas conclure mon retour sur le match sans parler des arbitres. Ils ont décerné deux pénalités douteuses aux Titans qui ont changé le cours du match. D’abord une interférence offensive sur Eric Decker alors que les Titans avaient complété un troisième essai. Ils ont ensuite dégagé, pour voir les Pats monter le terrain et prendre les devants 14-7.

Ensuite, sur un botté de dégagement des Patriots, ils ont appelé hors-jeu offensif contre les Pats, mais ont changé leur décision pour donner un hors-jeu défensif contre les Titans. Les Pats étaient en 4e et 5 verges et la pénalité leur a donné un premier essai. Vous vous en doutez, les Pats ont monté le terrain et mis sept autres points au tableau. Le match était alors 21-7.

Dans les deux cas, la reprise montre que les arbitres ont commis une erreur au profit des Patriots. Et oui, ils en ont profité pour marquer deux touchés et s’éloigner de leur adversaire. Et peut-être que les Titans auraient été plus engagés sans ces erreurs. Mais ça n’a pas été le cas. Les Pats, comme ils le font toujours, tirent profit de ces situations comme ils tirent profit d’un revirement. La prestation des Titans après ces pénalités, elle, a été gênante. Ils n’ont rien provoqué en offensive ni en défensive, et tout indique que sans ces punitions, le match aurait quand même fini 35-14.

Petite remarque pour terminer sur l’opérateur du temps. La personne qui gère le temps durant les matchs éliminatoires dans la NFL est indépendante. Elle doit venir d’une autre ville. Ainsi, quand la dernière seconde de la première demie s’est étirée pour donner une chance aux Pats d’effectuer un placement, ce n’était pas une autre tentative de triche de l’équipe à domicile. La même situation est arrivée à Philadelphie au même moment au match précédent.

Jeu du match :

Comme si ce n’était pas déjà assez difficile pour les Titans!

Les Jaguars remportent un festival offensif à Pittsburgh

Décidément, les Jaguars ont le numéro des Steelers au Heinz Field. À deux reprises cette saison ils ont voyagé à Pittsburgh. La première fois, ils ont soumis une déclaration au reste de la NFL comme quoi il fallait les prendre au sérieux. Et la deuxième fois, ce dimanche, ils ont obtenu leur billet pour la finale de conférence en Nouvelle-Angleterre avec un gain de 45-42.

En fait, on peut se demander pourquoi les Steelers n’ont pas plus pris les Jaguars au sérieux. Alors que Bill Belichick chantait les mérites du botteur de dégagement des Titans, Le’Veon Bell et les Steelers semblaient déjà avoir la tête en Nouvelle-Angleterre, comme si la victoire était acquise en avance. Du moins, c’est le sentiment qu’on avait.

Cela a particulièrement paru en début de match. Les Jaguars se sont imposés d’entrée de jeu et ont physiquement brassé les Steelers. Leonard Fournette, qui avait connu le match de sa vie lors du dernier duel entre les deux équipes, a repris là où il l’avait laissé en marquant les deux touchés initiaux. Le temps que l’équipe de Mike Tomlin se rende compte qu’un match se jouait cette semaine, c’était 21-0 pour les visiteurs, un retard qui n’a jamais été rattrapé.

Jamais rattrapé, mais, au moins, les canons offensifs des Steelers ont offert une bataille. Les Steelers ont continuellement obtenu de gros morceaux de terrain contre une défensive exceptionnelle. Chaque fois qu’ils avaient besoin de points pour se donner des chances d’égaliser la rencontre, les ténors des Steelers répondaient avec fracas. Ben Roethlisberger a été solide, rejoignant notamment Antonio Brown, Martavis Bryant et Le’Veon Bell pour de longs touchés. Et à l’exception du touché à Bryant, qui a résulté d’un cafouillage défensif, l’exécution était parfaite.

Des revirements qui favorisent Jacksonville

Le problème, c’est que les Steelers ont commis des erreurs en protection de ballon. En comptant les ratés en quatrième essai, ils ont perdu la bataille des revirements 4-0. Pire encore, les Jaguars ont marqué des touchés pour chacun de ces revirements. Peu de matchs vont se gagner quand l’adversaire inscrit 28 points à la suite de revirements et que ton équipe n’en provoque pas un seul.

Ce n’était d’ailleurs pas le plus beau match de l’entraîneur Mike Tomlin et du coordonnateur offensif Todd Haley. Deux de ces revirements auraient pu être évités, soit les deux fois où les Steelers se sont retrouvés en situation de quatrième essai et une verge.

Sur le premier jeu, ils optent pour une course de Le’Veon Bell. Mais pas une course en puissance au centre, plutôt un balayage sur la droite. Tu commences alors ton jeu quatre verges derrière la ligne du premier essai dans le flanc, contre une défensive reconnue pour ses secondeurs rapides et sa tertiaire élite. Le deuxième jeu se défend mieux, alors qu’ils tentent un play-action et une passe au centre. Bien entendu, quand ton quart-arrière est 18 en 19 en carrière sur les faufilades, comme l’était Big Ben, ça semble être une meilleure option. Ironiquement, les Steelers ont tenté deux autres quatrièmes essais, une fois avec cinq verges à franchir, une fois avec 11. Le résultat? Deux longs touchés par la passe.

Ce n’est toutefois pas en quatrième essai qu’a eu lieu la plus mauvaise décision du match. Perdant par sept points avec un peu plus de deux minutes à jouer à la rencontre, Mike Tomlin a opté pour le botté court. Le problème, c’est que les Steelers avaient encore deux temps d’arrêt et la pause obligatoire des deux minutes. En plus, un botté court raté placerait immédiatement les Jaguars en position de placement, qui, une fois réussi, leur donnerait deux possessions d’avance. Bref, sans surprise, les Steelers ont échoué, les Jags ont réussi le placement et le match était pratiquement terminé.

On peut comprendre que Tomlin n’avait pas confiance en sa défensive, qui n’a rien provoqué durant le match, mais dans une telle situation, à domicile, je peine à croire que les Steelers n’auraient pas réalisé un arrêt.

Mais s’il a pris cette décision, c’est sûrement parce qu’il a vu les Jaguars marquer lors des deux possessions précédentes. Pour une rare fois, on peut dire que Blake Bortles a été grandiose. Quand les Steelers ont ramené le match à 28-21, et subséquemment, lorsqu’ils ont ramené le pointage à 35-28, Bortles a orchestré deux séries à l’attaque de 61 et 75 verges pour donner la réplique aux Steelers. Ce n’est pas banal, parce que pour chaque occasion, on croyait que l’avantage du terrain allait faire basculer la rencontre. Bortles a notamment été parfait en troisième essai sur ces séquences (3 en 3) et a conclu le tout avec une belle passe à son centre-arrière Tommy Bohanon sur une feinte de course.

Pour revenir à Fournette, il a complété le match avec 109 verges de réception et trois touchés, en plus d’avoir quitté momentanément à cause d’une blessure à la cheville. Il était le catalyseur en attaque jusqu’à cette blessure, mais est revenu en deuxième mi-temps pour terminer son tour du chapeau.

 Jeu du match :

Le grand Antonio. Un magicien.

Écrit Par

Collaborateur à leblitznfl.com - présente l'état des forces dans la NFL

Cliquez pour commenter
0 0 vote
Votre Évaluation
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

Suivez-nous par e-mail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site.

Rejoignez les 4 344 autres abonnés

NCAA Football

Actualité 2020-21

Notre version du « College Gameday » avec toutes les informations nécessaires pour vous aider à profiter de votre journée de la NCAA football.

Actualité 2020-21

Malheureusement, en raison de conflits d’horaire, Wallette ne pourra plus discuter de la NCAA sur DanRadioSport. Je discute de l’entrée en scène de la...

Actualité 2020-21

C’est là là, ce samedi, dans 2 petits jours, la B1G (Big 10) rentre en scène! ENFIN diras Dion, mais on se questionne, est-ce...

Actualité 2020-21

L’un des avantages majeurs du Covid et des ligues sportives qui ont modifié leurs saisons, est que la NCAA est maintenant roi et maitre...

Actualité 2020-21

C’est notre dernier classement avant le retour de la Big Ten et on doit s’attendre à une montée des équipes de la conférence dans...

Catégories d’articles

À LIRE AUSSI...

Actualité 2020-21

Avec Dany Veilleux de DanRadioSport.com, je résume et analyse la dernière semaine dans la NFL et la NCAA. À noter que cette capsule a...

Actualité 2020-21

La septième semaine de jeu vient de se conclure. Les Patriots sont au 23e rang de l’État des forces. En 5 ans à produire cet exhaustif...

Actualité 2020-21

Alors que les Steelers ont survécu à la septième semaine en tant que seule équipe invaincue de la NFL, les Patriots atteignent de nouveaux...

Actualité 2020-21

Enfin le retour de la Big Ten dans la NCAA. Avec autant de matchs sur nos diffuseurs, j’ai enfin l’impression qu’on était de retour...

© Le Blitz NFL - Tous droits réservés.

0
Nous aimerions connaître votre avis, veuillez commenterx
()
x