Connecter avec nous

Salut, qu'est-ce que tu cherches ?

Actualité 2015-16

Résumé 2015 : Rams de St-Louis

Nous continuons et profitons de la saison morte pour vous présenter le résumé de la saison 2015 de chacune des équipes de la NFL. Nous poursuivons avec les Rams et vos commentaires sont les bienvenus…

Rams de St-Louis Los Angeles

Fiche : 7-9

Statut : Éliminé des séries

Résumé de la saison

rams9bsi-1Une statistique assez drôle que j’ai lue récemment, Jeff Fisher est le premier entraîneur à garder son emploi malgré 4 saisons consécutives sans une fiche positive depuis… Jeff Fisher! En toute honnêteté, même si je le considère un peu surévalué dans le milieu de la NFL, Fisher ne fut pas le grand responsable de la saison décevante des Rams. Ce titre revient plutôt à son offensive, ou devrais-je dire, à son manque d’offensive. D’ailleurs, peut-être que les Rams regretteront un jour de ne pas avoir investi assez dans cette attaque, parce que leur défensive était assez bonne pour arrêter n’importe quelle équipe. Ce qui est sur, c’est que 2015 aura été la dernière année des Rams à St-Louis, et que pour leur dernière année, on est resté sur notre appétit.

Le premier match des Rams fut aux antipodes de ce qui allait suivre pour eux. Nick Foles lança pour 297 verges et 1 touché (et couru pour un autre), dans une improbable remontée victorieuse contre les Seahawks. Ce sera la seule performance digne de mention pour Foles dans toute l’année, et l’attaque des Rams tomba complètement à plat par la suite. Ils perdront leurs 2 matchs suivant en marquant 16 points au total dans ceux-ci. Vient ensuite un élément qui changea le portrait de l’équipe, soit l’introduction de Todd Gurley au reste de la NFL. Gurley alla chercher la victoire à lui seul contre les excellents Cardinals lors de la semaine 4, ce qui deviendra le récit de la plupart des victoires des Rams; gros match de Gurley, défensive solide. Avec une fiche de 4 victoires et 3 défaites après la huitième semaine, les Rams semblaient sur la bonne voie, mais les défensives adverses s’ajustèrent. Ils perdirent 5 matchs consécutifs tout en marquant un piètre 10,8 points par partie. Ils gagnèrent 3 de leurs 4 derniers matchs, mais c’était sans signification.

Avec le déménagement vers Los Angeles, il est fort à parier que Todd Gurley trouvera sa place parmi les grandes vedettes de la ville. Son entrée en scène comme titulaire lors de la semaine 4 fut fracassante, montrant à la fois un talent exceptionnel, ainsi qu’un bon jugement (ayant son premier touché en carrière en vue, il décida plutôt de se laisser tomber au sol pour écouler le reste du temps au cadran, et donner la victoire à son équipe). Revenant d’une blessure assez importante lors de son séjour universitaire, on avait certains doutes quant à sa capacité à avoir un impact immédiat sur l’équipe. Les résultats ont effacé les doutes, alors que Gurley franchit les 100 verges lors de ses 4 premières rencontres comme partant. Son impact fut si important, qu’après quelques parties seulement, le plan de match des défensives adverses était centré uniquement sur Gurley (faut dire qu’on n’avait pas tellement peur des quarts-arrières!). Dans certains matchs, alors que les Rams tiraient de l’arrière et étaient clairement en situation de passe, on les voyait parfois donner le ballon à leur porteur de ballon vedette, étant la seule véritable menace de son équipe. Il connut une période plus difficile en même temps que son équipe, mais c’était souvent dû à une couverture accrue.

On n’attardera pas trop de temps aux quarts-arrière de l’équipe, qui ont connu une saison de misère. Arrivé de Philadelphie dans l’échange contre Sam Bradford, Nick Foles aura connu sa pire saison en carrière, et tout espoir de le revoir produire comme en 2013 est perdu (je n’en reviens toujours pas qu’il ait connu une saison de 27 touchés et 2 interceptions!). Son premier match de 297 verges sera le plus de verges obtenues par un quart-arrière des Rams en 2015, alors que lui et Case Keenum franchiront les 200 verges par la passe que 5 fois dans toute la saison, et accumuleront en moyenne 175,3 verges par match! Les 11 passes de touchés qu’ils ont accumulés leur donnent le dernier rang de la NFL. Les Rams terminèrent au dernier rang également pour les verges d’offensive, et ce malgré le septième rang pour l’attaque au sol!

Foles et Keenum n’ont pas été bien appuyé par leur ligne offensive, qui elle aussi connut une saison difficile. Ce fut particulièrement ardu pour Greg Robinson, le deuxième choix total de la séance 2014, qui, en plus d’avoir été un piètre bloqueur, était régulièrement pris en défaut pour des pénalités d’accrochages. On peut en dire autant du groupe de receveurs de passe, qui fut médiocre dans le meilleur des cas. Le bon côté aura été qu’enfin, on a su utilisé le diminutif Tavon Austin de la bonne manière. Celui-ci fut utilisé sur de nombreux jeux truqués, effectuant même 52 courses! Il marqua 9 touchés au total et s’avéra la seule option fiable après Gurley. Celui qui mena l’équipe pour les verges de réception (681), Kenny Britt, s’avéra efficace uniquement lorsqu’il fut confronté à Richard Sherman (sans blague!).

L’unité dominante de cette équipe était clairement du côté défensif du ballon. La ligne défensive et la tertiaire furent particulièrement bonnes, alors qu’elles regorgèrent de talent. Malheureusement pour la première, elle aurait pu être bien plus dominante si les ailiers défensifs étaient restés en santé. Robert Quinn dut quitter l’alignement partant à la mi-saison, souffrant d’une curieuse blessure qui prit bien plus de temps à guérir que prévu. Il manqua le reste de la saison, laissant un trou dans la pression extérieure sur les quarts adverses. Le vétéran Chris Long a également joué blessé pour la majorité de la saison, le rendant peu menaçant. La tertiaire, elle, fut menée par un duo de demis de coin bien sous-estimés, en Trumaine Johnson et Janoris Jenkins. Les 2 ont manqué quelques matchs, mais furent solides une fois en uniforme (ils ont entre autres limité Calvin Johnson à 16 petites verges lors de la semaine 14!). Notons également les belles saisons du maraudeur Rodney McLeod, ainsi que de Mark Barron, un maraudeur converti en secondeur, qui s’est avéré plus efficace à sa nouvelle position. Vous avez probablement remarqué que j’ai omis de mentionner un nom en parlant de cette défensive. C’est parce que je lui réserve le paragraphe suivant :

Joueur par excellence : Aaron Donald

Aaron-DOnald-RamsDans un monde sans J.J. Watt, Donald aurait gagné le titre de joueur défensif de l’année. À son poste de plaqueur défensif, Donald s’est amusé face aux lignes offensives adverses, non seulement en étant un bloc contre l’attaque au sol, mais également en réalisant 11 sacs du quart, ce qui énorme pour un joueur à sa position. Il fut bien appuyé par Michael Brockers et Nick Fairley, dans ce qui était probablement le meilleur groupe de plaqueurs défensifs de la NFL. Encore très jeune, Donald sera un excellent joueur pour plusieurs années encore, et son tandem avec Robert Quinn donnera de quoi se mettre sous la dent dans la ville des anges!

Regard sur 2016

Ce sera bizarre de voir les Rams jouer à Los Angeles l’an prochain. J’étais trop jeune pour voir à l’œuvre les Raiders lorsqu’ils évoluaient à L.A., et espérons pour eux qu’ils sauront garder leur équipe cette fois-ci. Les partisans devraient être au rendez-vous l’an prochain, mais l’équipe qu’ils encourageront pourrait être un peu moins bonne. Ils ont perdu plusieurs joueurs défensifs importants via le marché des joueurs autonomes, que ce soit en termes de talent (Janoris Jenkins, Nick Fairley, Rodney McLeod) ou bien en termes de leadership (Chris Long).

De plus, on est toujours coincé avec la même offensive! Il est un peu incroyable que les Rams n’aient pas mis plus d’effort pour renforcer cette attaque. Case Keenum comme partant l’an prochain, vraiment? La direction a-t-elle vu les mêmes matchs que nous avons vus? Il serait également étonnant que les Rams trouvent leur quart-arrière de concession au 15e choix du prochain repêchage. Les besoins en attaque sont tellement nombreux, qu’on aurait bien aimé une grosse acquisition ou bien une transaction.

Au moins, ils pourront compter sur 2 éléments stables, soit d’une part le rendement de la ligne défensive avec Aaron Donald et Robert Quinn, et d’autre part, Todd Gurley, pour donner la cadence de leur offensive, lui qui en sera à sa deuxième année depuis sa blessure au genou. Il n’y a pas de limites dans ce qu’il pourrait accomplir, et c’est pourquoi il mérite d’être mieux entouré.

Pour tous les résumés 2015 des équipes, cliquez l’image ci-dessous…

Bye-Bye-2015

Écrit Par

Collaborateur à leblitznfl.com - présente l'état des forces dans la NFL

Cliquez pour commenter
0 0 vote
Votre Évaluation
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

Suivez-nous par e-mail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site.

Rejoignez les 4 416 autres abonnés

NCAA Football

Actualité 2020-21

Il ne reste que deux semaines avant la fin de la saison 2020 de football universitaire, qui s’ouvrira en décembre avec un programme complet...

Actualité 2020-21

Une semaine de plus dans les livres et une semaine où les Buckeyes et les Ducks s’éloignent des séries. Dion et Fafouin ne sont...

Actualité 2020-21

La deuxième édition du Top 25 du comité des éliminatoires du football universitaire (CFP) de cette saison a été dévoilée mardi, avec peu de...

Actualité 2020-21

Aucun upset majeur dans notre Top 10 maison cette semaine. Voici à quoi ressemble l’exercice de la semaine 13 (le chiffre entre parenthèse est...

Actualité 2020-21

C’est la fin Novembre dans la NCAA. En temps normal, on se préparerait pour la fin de semaine des championnats de conférence. Avec la...

Catégories d’articles

À LIRE AUSSI...

Actualité 2020-21

Il devait y avoir un match de « football du jeudi soir », mais il n’y en a pas eu. Les Ravens et les Cowboys ont...

Actualité 2020-21

Le portrait des éliminatoires de la NFL se précise, même si le calendrier continue d’être affecté par la pandémie de COVID-19.

Actualité 2020-21

Il ne reste que deux semaines avant la fin de la saison 2020 de football universitaire, qui s’ouvrira en décembre avec un programme complet...

Actualité 2020-21

Une semaine de plus dans les livres et une semaine où les Buckeyes et les Ducks s’éloignent des séries. Dion et Fafouin ne sont...

© Le Blitz NFL - Tous droits réservés.

0
Nous aimerions connaître votre avis, veuillez commenterx
()
x