Connecter avec nous

Salut, qu'est-ce que tu cherches ?

Actualité 2020-21

Plafond Salarial NFL 101

Le mois de mars est à la fois le mois de l’hécatombe (les coupures avant le début de l’année financière de la ligue, qui commence le 17 mars) et l’euphorie (les extensions aux joueurs déjà sous contrat et les salaires versés aux joueurs autonomes). Regardons comment ça fonctionne, avec des exemples.

Dans un premier temps les exemples réels utilisés dans cet article proviennent de www.spotrac.com ou de www.overthecap.com, deux excellents sites de références pour voir les contrats et traiter de plafond salarial.

Le plafond salarial est de 182,5M$. C’est le même chiffre pour tout le monde?

Oui… et non. Les montants non-utilisés roulent l’année suivante. C’est comme vos minutes inutilisées de DATA sur votre forfait cellulaire. Cette saison les clubs « roulent » en moyenne 9,8M$ de 2020 dans le plafond. Le plafond salarial moyen dans la ligue sera donc de plus de 190M$, mais il est de 183M$ pour les Ravens d’un côté et de 213M$ pour les Browns.

S’ils peuvent rouler du plafond inutilisé d’année en année, une équipe pourrait ne rien dépenser pendant longtemps et se paqueter un club une saison?

En théorie oui, mais il y a aussi un minimum d’argent dépensé par équipe. Il n’est pas mesuré à chaque année, mais plutôt par bloc de 4 ans dans la convention collective et mesuré sur les $ effectivement payés et non pas sur les $ alloués au plafond salarial (voir plus bas).

L’impact d’un joueur (« cap number ») vs le plafond, c’est combien d’argent il reçoit dans l’année?

Non. Contrairement à la NHL ou la MLB où les contrats sont garantis, les contrats dans la NFL ne le sont pas, donc les joueurs veulent se faire payer le plus possible d’avance, de peur d’être remerciés en cours de route. Ce boni est donc amorti sur la durée du contrat. Par exemple, disons qu’un joueur vaut 35M$/5 ans. S’il signe un contrat de 5 ans avec un bonus à la signature de 15M$ et un salaire annuel de 4M$, il recevra 19M$ à la 1re année et 4M$ par année pour les années 2-5. C’est comme une avance sur ses services. Cependant son « cap number » sera 7M$ à chaque année, soit :

15M/5 = 3M$ + 4M$ de salaire annuel. Le jour de la signature, on dira qu’il y a 15M$ garantis dans le contrat (parfois certains journalistes et agents incluent le salaire de la 1re année, donc ils diraient 19M$).

Ça ressemble à ça :

(en milliers ‘000$) Versements (en argent) Boni (amorti) Salaire Impact plafond («Cap number») « Dead money » si congédié Économie (Cap number – Dead money) si congédié avant l’année
Boni signature           15 000
An 1             4 000             3 000             4 000                         7 000                           15 000                            (8 000)
An 2             4 000             3 000             4 000                         7 000                           12 000                            (5 000)
An 3             4 000             3 000             4 000                         7 000                             9 000                            (2 000)
An 4             4 000             3 000             4 000                         7 000                             6 000                               1 000
An 5             4 000             3 000             4 000                         7 000                             3 000                               4 000
TOTAL           35 000            15 000            20 000                       35 000 

Malheureusement, c’est rarement aussi simple…

Salaire garanti 

Une autre façon de faire la même chose, mais avec un « cash flow » différent et surtout de se garder une porte de sortie, c’est de garantir un salaire futur. Ce salaire garanti peut-être garanti malgré la contre performance, malgré les blessures, ou les deux. Par exemple, si le salaire de Eric Fisher, qui s’est blessé le tendon d’Achilles en janvier, avait été garanti, les Chiefs auraient dû le payer quand même.

Pour reprendre mon exemple précédent, plutôt qu’un boni à la signature de 20M$, l’équipe aurait pu convenir d’un salaire de 7M$ par an sans aucun bonus a la signature, et garantir les 3 premières années. Il y aurait donc 21M$ de garantis dans ce contrat, et l’équipe devra le payer pour ses 3 saisons même s’il est congédié et joue au backgammon chez lui.

(en milliers ‘000$) Versements (en argent) Boni (amorti) Salaire Impact plafond («Cap number») « Dead money » si congédié Économie (Cap number – Dead money) si congédié avant l’année
Boni signature                    –
An 1 (garanti)             7 000                     –             7 000                         7 000                           21 000                          (14 000)
An 2 (garanti)             7 000                     –             7 000                         7 000                           14 000                            (7 000)
An 3 (garanti)             7 000                     –             7 000                         7 000                             7 000                                     –
An 4             7 000                    –             7 000                         7 000                                    –                               7 000
An 5             7 000                    –             7 000                         7 000                                    –                               7 000
TOTAL           35 000                    –           35 000                       35 000

« Roster » bonus

Un autre mécanisme inventé au fil des ans est celui d’un bonus versé à une date ultérieure à la signature du contrat. Il est parfois garanti, mais parfois seulement si le joueur est dans l’alignement à une date déterminée.

C’est une façon pour l’équipe de retarder des paiements pour gérer son cashflow, mais aussi pour le joueur de forcer l’équipe à se commettre tôt dans la saison morte (c’est souvent le 2e jour de l’année fiscale de la ligue) à garder un joueur – sinon à le libérer rapidement pour qu’il se trouve du boulot quand il y a encore de l’argent dans le marché. Ce genre de bonus est considéré à 100% dans le plafond dans l’année où il est payé, contrairement au boni à la signature.

Impact d’une coupure, retraite ou d’un échange

Le principe, c’est que quand un joueur quitte l’équipe, il faut que tout l’argent qu’il a reçu soit compté dans le plafond, donc les montants qui avaient été différés sont « accélérés » dans l’année où la coupure a lieu. Dans mon exemple du contrat de 35M$/5 ans, si le joueur est coupé après 3 saisons la exemple, il aura reçu 15M$ de boni + 4 M$ + 4M$ + 4M$ donc 27M$. Mais nous avons établi que son « cap number » était de 7M$ par saison, comme il n’aura compté que 21M$ vs le plafond, il y aura donc accélération de le charge différée de 6M$ dans la 4e saison. C’est ce qu’ils appellent du « dead money ».

Par contre, dans le 2e exemple où son salaire des 3 premières saisons est garanti, il aura encaissé 21M$ et compté pour 21M$ vs le plafond, donc il n’y aurait aucun « dead money ». Cependant, s’ils l’avaient coupé après deux ans, ils auraient quand même dû lui verser son salaire de la 3e année, qui aurait compté dans le plafond salarial de l’année de la coupure (la 3e) comme 7M$ de « dead money ».

Si le joueur est échangé c’est la même chose, mais l’équipe qui l’obtient assume le reste du contrat. Dans mon premier exemple, l’équipe qui l’obtient obtiendrait un joueur qui « vaut » 7M$ par an, mais il ne leur en coûtera que 4M$ pendant les deux saisons qui restent à son contrat, puisque l’équipe qui l’envoie a déjà « pré-payé » ce montant, autant en argent (en versant le boni) que vs le plafond (avec l’accélération du boni en « dead money »).

C’est une des beautés du « roster bonus » ou du salaire futur garanti vs le bonus à la signature : même s’il est garanti, il sera comptabilisé dans le plafond de l’équipe qui va le payer, donc quelqu’un (les Texans avec Brock Osweiler) peuvent refiler à quelqu’un d’autre leur engagement financier et vs le plafond salarial.

Si un joueur prends sa retraite c’est la même chose, quoi qu’il est arrivé que des retraites qui rencontrent certains critères établis dans la convention collective (Carson Palmer, Barry Sanders, Aaron Hernandez et ce qui pourrait arriver avec Deshaun Watson par exemple s’il prenait sa « retraite » cet automne). L’équipe peut tenter de récupérer la partie du boni qui a été versée pour services futurs.

On ne peut pas parler de « dead money » sans parler de Carson Wentz, qui vient de fracasser le record de « dead money » assumé par une équipe. Les Eagles ont absorbé un astronomique 33,8M$ de « dead money », grosso modo son boni à la signature qui avait été amorti sur les années restantes au contrat (jusqu’en 2024). Mais son contrat incluait un roster bonus de 10M$ en mars 2021 et un salaire garanti de 15,4M$ en 2021. Donc, s’ils l’avaient coupé, ils auraient dû lui faire un chèque de 25,4M$ et son « dead money » aurait été plus élevé du même montant. Il y avait donc une certaine pression à l’échanger avant la date de versement du bonus. Inversement, les Colts peuvent le voir comme s’ils n’ont qu’à payer 25M$/an, sans aucune obligation après 2021, pour un gars qui a été considéré comme un joueur de 32M$ il n’y a pas si longtemps.

Années bidon voidable years »)

Un truc permis par la convention collective est d’ajouter trois années bidon à la fin du contrat, pour amortir le bonus. C’est une façon d’emprunter sur le plafond des années subséquentes pour réduire l’impact vs le plafond de l’année en cours. Cela amène immanquablement du « dead money » plus tard. Prenons l’exemple de JJ Watt, qui vient de signer en Arizona pour 2 ans, 28M$. Il recevra 14,5M$ cette année et 13,5M$ en 2022 (la 2e année est garantie à raison de 5,5M$). Mais l’usage du boni et des années bidon permet de réduire son cap number à 4,9M$ cette saison. Comment?

Le bonus de signature de 12M$ est amorti sur 5 ans… deux ans de contrat et les trois années bidon. Son cap number cette saison est donc de 2,4M$ (1/5e du bonus) plus son salaire de 2,5M$. En 2022, on comptabilisera 2,4M$ du bonus plus son salaire/roster bonus de 13,5M$ donc 15,9M$. Et il ne sera plus sous contrat en 2023, mais l’accélération du bonus qui avait été échelonné sur 2023, 2024 et 2025 font en sorte qu’il comptera pour 7,2M$ en dead money en 2023 alors que son contrat sera échu. Ce sont 7,2M$ que les Cardinals n’auront pas pour leurs autres joueurs.

C’est ce que Tom Brady vient de faire, et non, même si on essaie fort de nous faire croire que Brady fait un sacrifice pour l’équipe en faisant ça, ce n’est pas le cas, ça ne lui enlève rien, ce sont les Bucs qui seront pris avec le problème.

Restructurer

Il y a eu toute une valse de restructurations dans les dernières semaines. Il y a deux types de restructurations, celles qui sont réellement une coupe de salaire (Big Ben, qui a vraiment accepté un salaire moindre), et des restructuration comme celles que les Saints ont faites, encore une fois empruntant du plafond salarial futur pour payer maintenant, mais qui sont bonnes pour le joueur (il reçoit le même montant d’argent, mais tut au début au lieu d’attendre 17 chèques de paie).

Prenons l’exemple de mon joueur fictif au contrat de 35M$/5ans incluant un boni de 15M$ au départ. Après la 1re saison, il s’entend pour transformer 3M$ de son salaire annuel en boni à la signature (ça fait son affaire, plutôt que d’encaisser 17 chèques de paie, il reçoit tout l’argent d’un seul coup pendant la saison morte). Au lieu d’avoir 5 belles années avec un cap number de 7M$, il aura donc pour la 2e année un « cap number » de soit 1M$ (salaire de la 2e année) + 3M$ (1/5 du bonus original de 15M$ amorti sur 5 ans) + 750k$ (3M$ reparti sur les années 2-5) = 4,75M$.

(en milliers ‘000$) Versements (en argent) Boni (amorti) Salaire Impact plafond («Cap number») « Dead money » si congédié Économie (Cap number – Dead money) si congédié avant l’année
Boni signature           15 000
An 1             4 000             3 000             4 000                         7 000                           15 000                          (8 000)
An 2             4 000             3 750              1 000                          4 750                            12 000                            (7 250)
An 3             4 000             3 750              4 000                         7 750                            11 225                            (3 500)
An 4             4 000             3 750              4 000                         7 750                              7 500                               250
An 5             4 000             3 750              4 000                         7 750                              3 750                               4 000
TOTAL           35 000           18 000           17 000                       35 000

Mais cette économie de 2,25M$ a un prix, puisque, toutes choses étant égales par ailleurs, son cap number des années 3-5 sera augmenté de 750k$ par an. Et si jamais il est coupé/échangé après la 2e année. Il y aura accélération de ce 2,25M$ en dead money. C’est donc préférable de faire ça avec un joueur qu’on sait qu’on va garder… quand je vois les Saints le faire avec des vieux joueurs comme Cameron Jordan et Malcolm Jenkins, je grince des dents.

C’est ce que Patrick Mahomes a fait cette semaine. Lui non plus, n’a rien renoncé ni fait de faveur aux Chiefs. Il encaisse le même montant d’argent, plus tôt.

Ce qui m’amène au contrat le plus fascinant de 2021 parce qu’il n’est PAS restructuré. Aaron Rodgers.

Rodgers a cette année un cap number de 37,5M$. La plupart des équipes qui, comme les Packers cette saison, ont le nez dans le plafond, auraient comme réflexe de restructurer leur QB vedette pour pousser du plafond dans le futur, sachant qu’il sera encore avec l’équipe après. Rodgers a un salaire et des bonis annuels de 23M$, ils pourraient par exemple en convertir 21M$ en boni et les amortir sur les 3 ans qui restent au contrat (ou encore pire, sur 6 ans avec des années bidon) et ainsi économiser 14M$ vs le plafond cette saison, de quoi se payer J.J. Watt par exemple. Mais ça voudrait dire d’ajouter ces 14M$ aux 17M$ de « dead money » qu’ils devront absorber s’ils l’échangent l’hiver prochain. Ça nous confirme pas mal leur intention que 2021 soit sa dernière saison au Wisconsin.

Je pourrais continuer sur des douzaines de tours de passe-passe que les équipes et les agents de joueurs ont développé depuis l’arrivée du plafond salarial il y a 30 ans, mais vous avez l’essentiel. Ne vous gênez pas si vous avez des questions.

Visiter la section spéciale sur les Transactions 2021

Écrit Par

Blogueur et analyste Québécois sur la NFL en francais, French Canadian NFL blogger and amateur analyst!

Cliquez pour commenter
0 0 votes
Votre Évaluation
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

Suivez-nous par e-mail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site.

Rejoignez les 4 682 autres abonnés

NCAA Football

Actualité 2021-22

Je profite de ce moment pour sortir des vieux articles que j’avais écrits sur un défunt site afin de vous donner le plus d’idées...

Actualité 2020-21

Les boys du podcast SportsLucides.com de la NCAA sortent de leur vacance estivale pour venir discuter des deux grosses nouvelles dans la NCAA :

Actualité 2021-22

Comme vous avez pu le voir au courant des dernières semaines, Maraudeur et moi-même vous avons présenté des voyages de football complètement fou. Je...

Actualité 2021-22

Dans l’épisode #31 sur Twitch.tv/LeBlitzNFL, @BWwallette et @MaraudeurNFL discutent de la nouvelle d’où la cour suprême américaine annonce que la NCAA (l’organisme) n’a pas...

Actualité 2021-22

Dans l’épisode #30 sur Twitch.tv/LeBlitzNFL, @BWwallette et @MaraudeurNFL analysent l’annonce du nouveau format des éliminatoires de la NCAA Football à 12 équipes. Le concours...

Catégories d’articles

À LIRE AUSSI...

Actualité 2021-22

Ci-dessous, vous trouverez le calendrier de la présaison 2021 dans la NFL. Vous trouverez également le calendrier par équipes. À noter que les équipes...

Actualité 2021-22

C’est le début des camps d’entraînement des 32 équipes et la NFL intensifie ses efforts pour inciter les joueurs à se faire vacciner contre...

Actualité 2021-22

Les clubs de la NFL commencent cette semaine les préparatifs sur le terrain pour la saison 2021. Les Cowboys de Dallas et les Steelers...

Actualité 2021-22

Trevor Lawrence, premier choix du repêchage 2021, a signé son contrat de quatre ans avec les Jaguars de Jacksonville, a annoncé l’équipe lundi.

© Le Blitz NFL - Tous droits réservés.

0
Nous aimerions connaître votre avis, veuillez commenterx
()
x