Connecter avec nous

Salut, qu'est-ce que tu cherches ?

Actualité 2018-19

État des forces semaine 11 – Un voyage en Abitibi avec Aaron Rodgers

De Montréal, la route vers l’Abitibi semble par moment s’éterniser. Le chemin est facile – une route, la 117, mène du point A au point B –, mais la quiétude règne alors que les sorties sont rares, les automobilistes peu nombreux et le paysage, bien que joli, est homogène. C’est dans ces conditions que j’ai fait la traversée samedi dernier, laissant le passage à quelques réflexions. Ma principale : est-ce que le meilleur d’Aaron Rodgers est derrière lui? Sommes-nous rendus à une époque où Aaron Rodgers n’arrive plus à garder une équipe compétitive à lui seul?

Au moment où j’ai posé le pied à Rouyn-Noranda, Rodgers et ses Packers avaient déjà perdu leur match de la semaine, une décevante défaite contre les Seahawks. Ce revers était le cinquième de l’année, et à moins d’une rafle de triomphes pour clore la saison (peu probable, mais pas impossible), les Packers seront exclus des séries pour une 2e saison de suite. Même les charmants attraits de la capitale nationale du cuivre n’ont pu chasser l’idée du possible déclin du quart des Packers.

Une idée absurde. En fait, la situation de Rodgers depuis 2017 me rappelle un peu celle de Drew Brees de 2014 à 2016. En 2014, Brees avait 35 ans (Rodgers 33 ans en 2017), en était à sa 13e saison comme partant (Rodgers, sa 11e), il avait remporté 1 Super Bowl, mais 5 années s’étaient écoulés depuis (Rodgers 1 Super Bowl, 7 ans depuis) et vivait sa première léthargie en terme de séries depuis qu’il s’était élevé au statut de sommité de son sport. Le spectre du vieillissement rodait autour de Brees et sa défensive était si infâme qu’on lui souhaitait presque de sortir de La Nouvelle-Orléans pour qu’il obtienne une dernière chance à un autre Super Bowl. Bref, on avait peur que Brees gaspille ses « dernières années » avec un club non compétitif. Rodgers, qui aura 35 ans le 2 décembre prochain, entre certainement dans cette catégorie.

Brees n’allait évidemment pas partir de La Nouvelle-Orléans, et Rodgers ne quittera pas Green Bay. Cependant, sa défensive ne crée pas d’arrêt dans le besoin, ses options outre Davante Adams sur le jeu aérien sont minimes et son entraîneur semble avoir fait son temps. Clairement, l’idée que les Packers seront dans l’élite de la NFL juste parce qu’Aaron Rodgers est leur quart-arrière doit être abolie à Green Bay. Ils doivent trouver une étincelle, que ce soit par un changement d’entraîneur, de philosophie sur le marché des agents libres… ou par un repêchage d’exception.

Parce que dans le froid de Rouyn-Noranda, j’ai aussi vu Brees et ses Saints anéantir les champions du Super Bowl 48 à 7. Une étincelle, celle de leur cuvée exceptionnelle en 2017, a permis aux Saints de donner un nouvel élan à Brees. Le quart-arrière aura 40 ans en janvier et son équipe est plus que jamais un prétendant aux grands honneurs. Ses « dernières années » et son « déclin » se sont transformés en ses meilleures années.

Alors pour revenir à mon questionnement initial, si jamais Aaron Rodgers avait fait la route vers l’Abitibi à mes côtés et se serait posé les mêmes questions que moi, je lui aurais répondu : on a peut-être déjà vu le meilleur de toi Aaron, mais peut-être également, avec quelques ajustements, que le meilleur est encore à venir.

*Le chiffre entre parenthèses désigne le rang que l’équipe occupait la semaine précédente

1 (2). Saints (9-1)
Pendant que les Rams et les Chiefs s’entretuaient, les Saints se la coulaient douce après une magnifique fessée sur les Eagles, sans leur bloqueur à gauche partant de surcroit. À surveiller : leur défensive trouve son rythme, un élément crucial face aux passoires des équipes ci-dessous.

2 (3). Rams (10-1)
On voit à quel point les Rams ont des ressources et de l’ingénuité. Ils marquent 54 points, le plus haut total de la saison, et leur meilleur joueur offensif, Todd Gurley, n’y a pas joué le moindre facteur direct. C’est une victoire importante pour les Rams, qui continuent à maintenir le rythme des Saints, la seule équipe à les avoir battus.

3 (1). Chiefs (9-2)
Allez savoir comment les Chiefs font pour perdre cette saison. Dans leurs 2 défaites, ils ont marqué un total de 91 points! Ils deviennent la 1re équipe de l’histoire à perdre un match en marquant 50 points ou plus, mais à voir les tendances dans la NFL, ils ne seront pas la dernière.

4 (4). Steelers (7-2-1)
Il y a quelque chose avec les Jaguars que les Steelers sont incapables de figurer. Donnons leur crédit pour ne pas avoir abandonné après 9 horribles possessions offensives pour amorcer le match (5 bottés de dégagement, 4 revirements). C’était laid, mais ils ont fini par l’emporter.

5 (5). Patriots (7-3)
Tom Brady a dû doubler sa dose de milkshake à l’avocat en voyant Drew Brees, Jared Goff et Pat Mahomes durant sa semaine de congé. Le quart des Pats connaît une saison moyenne par rapport à ses standards et a 6 matchs au calendrier afin de prouver que l’âge ne l’a pas rattrapé.

6 (10). Bears (7-3)
Voilà le genre de match que les Bears devaient remporter pour être pris au sérieux : aux heures de grande écoute, contre un rival direct pour le titre de la division. C’est tout logique que le jeu du match ait été effectué par Eddie Jackson, le maraudeur des Bears connaît une saison extraordinaire. Un vrai chef d’orchestre :

7 (9) Texans (7-3)
La belle séquence de 7 victoires des Texans permet d’enlever un poids à Deshaun Watson. Le quart des Texans, qui se remet d’une déchirure au LCA, et dont une autre blessure l’en empêchait récemment de prendre l’avion, peine à retrouver sa belle cadence de 2017. Si jamais il devait se ressaisir à temps pour les séries, les Texans seraient très dangereux.

8 (6). Chargers (7-3)
Les Chargers vont s’en vouloir d’avoir échappé un stupide match contre les Broncos – et l’égalité au sommet de la division – alors que les Chiefs ont perdu lundi soir. Leur 6e botteur en 2 ans a raté un converti d’après-touché durant la partie. Vous aurez deviné qu’ils ont perdu par 1 point!

9 (7). Panthers (6-4)
Ce n’est pas tant de tenter le converti de 2 points à la fin qui dérange, que le choix de jeu utilisé pour le convertir. Norv Turner a bien fait cette saison avec Cam Newton, mais comme l’explique Étienne, il l’a échappé sur ce coup :

https://twitter.com/leMaraudeurNFL/status/1064328920609234944

10 (8). Vikings (5-4-1)
La réputation de Kirk Cousins commence à en prendre un coup. Avec cette défaite contre les Bears, son rendement contre des équipes avec une fiche positive passe à 4-22, et celui dans les matchs aux heures de grande écoute à 4-12. Et comble du malheur, on le reverra dans cette dernière situation dès dimanche prochain contre les Packers.

11 (17). Cowboys (5-5)
Je suis peut-être fou, mais j’aime bien cette équipe des Cowboys. La NFL est maintenant une ligue d’offensive aérienne, mais une solide défensive comme celle des Cowboys jumelée à un tempo créer Zeke Elliott en attaque pourrait donner de sérieux maux de tête à certaines équipes en séries.

12 (15). Seahawks (5-5)
La ligne offensive des Seahawks paraît mieux cette année et c’est en grande partie grâce à ses prouesses sur le jeu au sol. Lors des 7 derniers matchs, les Seahawks ont amassé au moins 150 verges au sol. Sur le jeu aérien? Russell Wilson est en voie de battre son record personnel de sacs encaissés. Un progrès à la fois!

13 (20). Colts (5-5)
Football Outsiders classe la ligne offensive des Colts au 3e rang de la NFL pour la protection contre la passe. C’est une partie intégrale de la séquence de 4 victoires consécutives de l’équipe et de la santé d’Andrew Luck. Pendant que tout le monde s’émoustille sur Saquan Barkley, Quenton Nelson pourrait bien crier son chemin vers le trophée de recrue de l’année.

14 (11). Redskins (6-4)
Je me fais un plaisir à narguer Alex Smith année après année, mais pour une fois, je vais lui rendre hommage. Sa fiche depuis 2010 est de 75-35-1, séquence au cours de laquelle il n’a pas obtenu de saison négative. Sa blessure est crève-cœur alors qu’il avait placé sa nouvelle équipe au cœur de la course aux séries cette saison.

15 (12). Titans (5-5)
Trois choses sont certaines dans la vie : la mort, les taxes et une blessure plus ou moins sérieuse à Marcus Mariota, mais assez pour avoir l’excuse de jouer un mauvais match et de remettre sa pertinence comme quart partant dans la NFL.

16 (16). Ravens (5-5)
On peut officiellement rayer les comparaisons entre Lamar Jackson et Michael Vick. Jackson est un spécimen en soi. Jamais Vick n’avait obtenu plus de 15 courses dans un match. Jackson? 27 courses dans son 1er match comme partant. Il a couru 6 fois avant de tenter sa 1re passe. La recette a marché, alors que les Ravens ont freiné leur série de défaites à 3.

17 (13). Eagles (4-6)
Malcolm Jenkins avait raison d’être en furie après l’effort de son équipe dimanche. Impossible que les champions du Super Bowl soient aussi mauvais. Et malgré tout, même avec une fiche de 4-6, ils sont absolument dans la course pour la division. Espérons que ce match soit le tournant de leur saison.

18 (14). Packers (4-5-1)
Aaron Rodgers n’a connu qu’un seul entraîneur comme partant dans la NFL : Mike McCarthy. Devraient-ils être séparés comme Rouyn et Noranda l’étaient autrefois? La question se pose après une autre performance en dents de scie. Les standards sont élevés à Green Bay et 2 saisons hors des séries de suite devraient lui coûter son poste.

19 (18). Bengals (5-5)
Après un début de saison prometteur, le retour à la réalité est brutal pour les Bengals. Ils ont perdu un 4e match à leurs 5 derniers, et avec les Dolphins, ils sont maintenant les équipes que le 3e rang dans la AFC rêve d’affronter en séries.

20 (19). Falcons (4-6)
Dommage que l’attention sur Julio Jones soit portée sur ses touchés, parce qu’il est en voie de connaître une saison historique. S’il maintient la cadence, il finira la saison avec 1853 verges de réception. Il serait au 3e rang de l’histoire derrière Calvin Johnson… et Julio Jones en 2015!

21 (22). Lions (4-6)
Une victoire inattendue des Lions leur fera le plus grand bien. On n’a rien à se cacher : ils ne feront pas les séries. L’accent doit être mis pour insérer une culture de gagnant pour la saison prochaine et une victoire à l’arraché contre un adversaire supérieur qui a mieux joué, c’est un début.

22 (24). Broncos (4-6)
Enfin une décision de Vance Joseph fonctionne! J’avais des crampes tellement je riais quand les Broncos ont dégagé avec moins de 4 minutes à jouer en territoire des Chargers. Chapeau à la défensive, elle force un botté à son tour, et Denver va chercher une victoire réconfortante.

23 (21). Dolphins (5-5)
En congé cette semaine, les Dolphins ont annoncé que Ryan Tannehill effectuera un retour comme partant pour le prochain match. Adam Gase dit que l’on n’a pas encore vu le meilleur de Tannehill. À 5-5, à la porte des séries et 6 matchs au calendrier, ce serait le moment.

24 (23). Jaguars (3-7)
Même quand la défensive des Jaguars retrouve ses airs de 2017, leur attaque est trop insipide pour assurer la victoire. Ils étaient en bonne position pour battre une nouvelle fois les Steelers, mais au moment le plus important, l’unité offensive s’est commise dans 4 3-jeux botté consécutifs.

25 (25). Browns (3-6-1)
Non mais, j’aurais A-DO-RÉ que les Browns engagent l’ancienne secrétaire d’État américaine Condoleezza Rice comme entraîneur-chef comme les rumeurs le voulaient, et qu’en bonus, on leur renvoie les caméras de Hard Knocks pour filmer le tout. Même en congé, ils savent faire parler d’eux.

26 (28). Giants (3-7)
Seulement la défensive des Bucs peut faire passer Eli Manning de 37 ans pour Peyton Manning de 27. S’il s’agit de sa dernière saison, Eli aura au moins vécu un dernier beau moment à domicile, complétant 17 de ses 18 passes pour 231 verges et 2 touchés, et étant aussi bon que ces chiffres.

27 (26). Buccaneers (3-7)
Qui aurait cru que les Bucs allaient revenir à Jameis Winston? La bonne réponse est tout le monde. Les Bucs tournent en rond avec leurs quarts comme les flâneurs de Rouyn-Noranda font des PPL. Je ne serais pas le moindrement surpris si l’on revoyait Ryan Fitzpatrick. Puis Winston encore. Et Fitz. Et Wins…. Bref, vous avez compris.

28 (29). Bills (3-7)
La course pour le 1er choix au repêchage est tout aussi féroce que celle pour le 1er rang dans la NFL. Selon moi, c’est à partir d’ici que se trouvent les candidats pour repêcher Nick Bosa. Évidemment, les Bills seraient mieux avec un joueur offensif, mais les meilleurs talents du repêchage sont presque tous de l’autre côté du ballon.

29 (27). Cardinals (2-8)
Comment perdre un match 101 par les Cards de l’Arizona. Cette semaine, la leçon porte sur la punition stupide en fin de match. Jermaine Gresham et Ricky Seals-Jones vous montre comment faire : l’un pour arrêter le temps avec une pénalité d’inconduite et l’autre pour annuler le touché d’assurance. Je vous le dis, le cours est excellent.

30 (30). 49ers (2-8)
En analysant le reste du calendrier des 49ers, on remarque qu’ils sont en bonne position pour terminer en queue de peloton. Leur match le plus facile est à Tampa à 10h du matin heure locale, et ils affrontent 4 bonnes équipes sur leurs 6 derniers duels.

31 (31). Jets (3-7)
L’équipe la plus dysfonctionnelle du dernier mois a pu profiter d’une semaine de congé et j’espère qu’ils en ont fait quelque chose de pertinent parce que des Patriots affamés les attendent de pied ferme dimanche. Pas besoin de victoire pour les Jets d’ici la fin de la saison. Un peu d’espoir, c’est tout ce que l’on demande.

32 (32). Raiders (2-8)
Des potentiels problèmes de cœur ont retardé le rang de repêchage de Maurice Hurst, mais les Raiders sont récompensés d’avoir pris le risque. Le plaqueur défensif est l’un des rares points positifs et de loin la recrue de l’année de l’équipe.

Écrit Par

Collaborateur à leblitznfl.com - présente l'état des forces dans la NFL

Cliquez pour commenter
0 0 vote
Votre Évaluation
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

Suivez-nous par e-mail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site.

Rejoignez les 4 412 autres abonnés

NCAA Football

Actualité 2020-21

La deuxième édition du Top 25 du comité des éliminatoires du football universitaire (CFP) de cette saison a été dévoilée mardi, avec peu de...

Actualité 2020-21

Aucun upset majeur dans notre Top 10 maison cette semaine. Voici à quoi ressemble l’exercice de la semaine 13 (le chiffre entre parenthèse est...

Actualité 2020-21

C’est la fin Novembre dans la NCAA. En temps normal, on se préparerait pour la fin de semaine des championnats de conférence. Avec la...

Actualité 2020-21

Notre version du « College Gameday » avec toutes les informations nécessaires pour vous aider à profiter de votre journée de la NCAA football.

Actualité 2020-21

Réactions du 1er top 25 du comité CFP ainsi qu’un moment historique aura lieu samedi dans la NCAA.

Catégories d’articles

À LIRE AUSSI...

Actualité 2020-21

En raison de la partie de mercredi après-midi des Steelers et des Ravens, les waivers sont reporté à ce jeudi (sur yahoo du moins).

Actualité 2020-21

La deuxième édition du Top 25 du comité des éliminatoires du football universitaire (CFP) de cette saison a été dévoilée mardi, avec peu de...

Actualité 2020-21

Avec Dany Veilleux de DanRadioSport.com, je résume et analyse la dernière semaine dans la NFL et la NCAA. À noter que cette capsule a...

Actualité 2020-21

Aucun upset majeur dans notre Top 10 maison cette semaine. Voici à quoi ressemble l’exercice de la semaine 13 (le chiffre entre parenthèse est...

© Le Blitz NFL - Tous droits réservés.

0
Nous aimerions connaître votre avis, veuillez commenterx
()
x